Région de Guebwiller  Conseil communautaire Un grand projet en faveur de l'habitat

Publié dans le panorama le Vendredi 14 février 2020 à 06:11:34

© Dna, Vendredi le 14 Février 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Région de Guebwiller  Conseil communautaire
Un grand projet en faveur de l'habitat
Pour l'avant dernier conseil communautaire de la mandature, les élus se sont penchés sur une opération de revitalisation du territoire, qui passe notamment par l'amélioration de l'habitat. Et sinon ? L'ambiance était apaisée, les élus étaient « contents ».
 

 
Dans le cadre du programme Action Coeur de Ville, pour lequel la commune de Guebwiller a été retenue, avec l'accompagnement de la CCRG, plusieurs actions sont programmées afin de revitaliser le territoire.

Une convention doit être signée le 7 mars ; des « opérations matures » doivent être présentées à cette occasion. Sur le territoire, tout commencera par l'habitat avec le lancement d'une OPAH-RU, c'est-à-dire une opération programmée d'amélioration de l'habitat, labellisée renouvellement urbain. Avec une particularité : cette opération sera multisite et touchera tout le pôle urbain, à savoir les communes de Guebwiller, Soultz, Buhl et Issenheim.

Pour définir les modalités de ce programme, une étude a été confiée à Citivia SEM, en co-traitance avec l'ADIL 68 et l'ADAUHR-ATD. Elle a été lancée en octobre 2019. Elle a permis de définir plusieurs enjeux :

? Agir sur le parc privé indigne pour augmenter l'attractivité. Ce parc représente 320 logements, dont 234 sur le secteur retenu par l'opération.

? Agir sur le parc privé énergivore pour réduire la consommation énergétique des ménages.

? Remobiliser le parc vacant. En effet, le taux de vacance est de 11,3 % et, sur le secteur de l'opération, on compte 320 logements dont la vacance est supérieure à deux ans.

Des actions doivent également être menées pour adapter les logements à la perte d'autonomie, pour accompagner les copropriétés fragiles et enfin pour mettre en valeur le patrimoine, en complément des aides déjà existantes au ravalement de façade.
Engager 9 millions d'euros de travaux

Ce diagnostic fait, Citivia a proposé aux élus un objectif minimal à atteindre de 50 % dans tous les domaines en cinq ans, soit la durée de l'opération. Ainsi, 117 des 234 logements dégradés ou indignes de la zone de l'opération devront être traités. La lutte contre la précarité énergétique devra concerner 84 logements et il faudrait atteindre 21 logements adaptés à la perte d'autonomie.

C'est à ces conditions que « la maquette financière » sera bien dotée par les différents partenaires. Ce qui permettra aux propriétaires d'obtenir des aides et des subventions importantes et donc de lever des freins. Parallèlement, les propriétaires qui s'engageront profiteront d'un accompagnement personnalisé et d'un guichet où s'adresser.

« L'objectif, c'est d'engager sur le territoire 9 millions d'euros de travaux et d'obtenir plus de 50 % de subventions. Il faut frapper fort d'emblée pour mobiliser les propriétaires. S'il le faut, on peut être amené à obliger les propriétaires à faire des travaux car cette opération représente de gros investissements publics », a souligné la représentante de Citivia.
Les autres communes concernées plus tard

Y a-t-il une urgence à lancer tout ça? s'est interrogé Daniel Braun (Guebwiller). Marc Jung, le président de la CCRG, argue que les conditions particulières faites au territoire obligent à aller au-delà de d'une simple lettre d'intention. Sans compter les échéances électorales qui reporteraient le vote à début juillet au mieux. Et la représentante de Citivia d'abonder : « Vous êtes dans un programme prioritaire. Il faut démarrer vite car cinq ans, ça passe vite. »

José Bannwarth (Guebwiller) : « Je suis content qu'en fin de mandat, nous ayons une approche intercommunale sur un sujet qui touche tout le monde. » Francis Kleitz (Guebwiller) se réjouit lui aussi : « C'est une évolution heureuse. Au départ, ce programme ne devait concerner que Guebwiller et il a pu être étendu à la CCRG. Même si ce n'est pas parfait, c'est heureux. »

Marc Jung a lui aussi voulu être rassurant : « Les 15 autres communes du territoire seront concernées lors de la prochaine opération d'amélioration de l'habitat. Nous avons pris cette compétence mais elle n'a de sens que si elle touche toutes nos communes. »

Une précision a priori insuffisante aux yeux d'André Schlegel (Soultzmatt). S'il se réjouit de cette opération, de ses objectifs et de sa mise en oeuvre, il regrette que sa commune ne puisse en bénéficier de suite : « Nous avons été identifiés comme pôle touristique. » Marc Jung a eu beau préciser que la « continuité urbaine » était une condition nécessaire, rien n'y a fait : il s'est abstenu.

Quant à Jean-Marie Reymann, pas rancunier, il a lancé : « Aujourd'hui, c'est un plaisir pour nous, petites communes, de soutenir un projet pour les grandes ! » Rires généralisés.
Élise GUILLOTEAU