L'Alsace (ré) imprime sa marque

Publié dans le panorama le Vendredi 14 février 2020 à 06:01:41

© L'alsace, Vendredi le 14 Février 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
L'Alsace (ré) imprime sa marque
 

 
Le nouvel espace «TerrAlsace, agriculteur et plus encore», illustré par l'artiste alsacienne Missy, dédié à la valorisation des filières alsaciennes dans le hall 4. Photo DNA /Franck DELHOMME
« Les colombages alsaciens sont de retour au Salon de l'agriculture. » La phrase est revenue à plusieurs reprises lors de la présentation de la nouvelle vitrine alsacienne, organisée ce jeudi à Obernai sur le site du verger expérimental d'Alsace (Verexal).

« Fondue » depuis plusieurs années dans l'espace du Grand Est, la présence de l'Alsace au salon manquait de « visibilité » et de « lisibilité » pour Brigitte Klinkert et Frédéric Bierry, les président·e·s des conseils départementaux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Denis Ramspacher, président de la Chambre d'agriculture d'Alsace, reconnaît que « les producteurs alsaciens », sans être absents, « se sentaient noyés dans la masse ».
Un nouvel espace dédiéde 120m2

L'Alsace aspirait à retrouver ses marques dans la plus grande ferme de France. Les deux départements, déjà engagés au côté des agriculteurs avec le RSA vendange ou l'action circuits courts pour fournir en produits locaux les cantines scolaires, ont décidé de soutenir le secteur agricole et agroalimentaire, poids lourd économique de l'animation du territoire.

Denis Ramspacher, président de la chambre d'agriculture d'Alsace entouré de Frédéric Bierry, président du conseil départemental du Bas-Rhin et Brigitte Klinkert, présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, lors de la présentation du projet à Veraxal . Photo DNA /Franck DELHOMME

Le Haut-Rhin et le Bas-Rhin ont mis globalement 300 000 euros dans la corbeille pour un concept de présentation de l'Alsace innovant, où les colombages ne tiennent pas lieu que de symbole. Ces derniers viendront en effet surmonter le nouvel espace « TerrAlsace, agriculteur et plus encore... » qui se déploiera sur 120 m2 dans le hall 4 pour valoriser les filières, les savoir-faire et la gastronomie alsacienne. Le lieu, inspiré des codes de la marque Alsace, s'organisera autour d'un stammtisch, d'une cuisine, d'une place, d'un jardin avec un pommier. Le décor fera la part belle aux photos des hommes et des femmes qui incarnent l'agriculture alsacienne et aux illustrations de l'artiste locale Missy. L'endroit accueillera des animations : cook shows, dégustations, démonstrations avec la présence de chefs, d'une sommelière, de fermiers-aubergistes, de la Maison du pain de Sélestat... Les colombages habilleront également, pour mieux les identifier, les stands des treize exposants du village Alsace hébergé sur le site du Grand Est (hall 3).

La profession apprécie. « On a besoin de la proximité des départements et demain de la CEA, même si les grandes décisions se prennent au niveau national », approuve Denis Ramspacher.

L'artiste Missy dessine les cigognes qui orneront le nouvel espace Alsace au Salon de l'Agriculture. Photo DNA /Franck Delhomme
Stratégique pourla future collectivité européenne Alsace

Pour les deux départements alsaciens, qui n'en feront bientôt plus qu'un, cet engagement était logique. « L'écosystème agricole fait partie de l'identité alsacienne. Il est indispensable au développement équilibré du territoire. Et notre ambition, c'est de le faire mieux connaître et de le mettre en valeur », met en avant Brigitte Klinkert, présidente du conseil départemental du Haut-Rhin.

Sur la façon dont l'opération s'est articulée avec le Grand Est, « l'avènement de la CEA, dit-elle, nous a aidés dans nos discussions avec la Chambre régionale d'agriculture et le président de la région ».

Le projet s'appuie sur Alsace destination tourisme (ADT) et la Chambre d'agriculture d'Alsace pour la partie opérationnelle. « Avec l'oenotourisme et la gastronomie, le tourisme a sa place au Salon de l'agriculture qui est aussi le rendez-vous de l'Ile-de-France, une clientèle touristique importante pour l'Alsace », souligne Marc Levy, directeur de l'ADT.

Derrière l'opération de séduction, le message est éminemment politique. À quelques mois de la création de la CEA qui aura en charge la promotion de la marque Alsace et le développement touristique, le Salon de l'agriculture donne l'occasion à ses fondateurs d'en poser les jalons, lors d'un rendez-vous stratégique qui draine plus de 630 000 visiteurs et plus d'un millier d'exposants.
I.N.