Emploi  Après un boom de plusieurs années Les recrutements de cadres à un palier

Publié dans le panorama le Vendredi 14 février 2020 à 05:52:41

© Dna, Vendredi le 14 Février 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Emploi  Après un boom de plusieurs années
Les recrutements de cadres à un palier
Après une croissance soutenue en 2019, l'emploi des cadres en Grand Est devrait plafonner en 2020. Les prévisions de recrutements sont équivalentes à l'an dernier, de l'ordre de 12 280 embauches, selon l'APEC (*).
 

 
Les créations nettes de postes de cadres dans le Grand Est en 2019
Après un boom inscrit dans la durée, le marché de l'emploi des cadres donnerait-il des signes d'essoufflement ? Pas vraiment. En 2019, la dynamique régionale (+9 %) a été plus importante que la progression nationale (+6 %) avec 12 310 recrutements réalisés dans le Grand Est. Mais si on ajoute les 3 720 promotions internes (en hausse de 27 %) et qu'on enlève les 13 780 sorties liées aux démissions, aux licenciements et aux départs en retraite en hausse de 22 %, on arrive à un solde de 2 250 créations nettes d'emploi de cadre. Un chiffre inférieur à 2018, où 2 910 nouveaux postes avaient vu le jour.
Les créations de postes nettes en recul

« On constate un phénomène de rattrapage malgré les mesures d'âge prises pour reculer l'âge de départ à la retraite. Si les recrutements restent orientés au plus haut, pour les créations nettes, c'est une année de milieu de tableau », analyse Jacques Triponel, délégué régional Grand Est de l'APEC. À noter également que la hausse des effectifs cadres dans la Région (+0,9 %) a été «moins intense» qu'au niveau national (+2,1 %).

Pour 2020, les perspectives restent bien orientées mais avec une stabilisation des prévisions d'embauches (12 280) à un haut niveau. Ce tassement apparaît davantage lié à « un effet plafond et à une raréfaction des talents sur le marché qu'à un retournement de conjoncture », estime le délégué de l'APEC.

Poids lourd de l'économie régionale, l'Alsace qui représentait 45 % des recrutements de cadres (5 550) du Grand Est en 2019, devrait porter ses besoins à 46 % (5 660 embauches) cette année. Mais la dynamique en matière d'embauche est davantage portée par Champagne-Ardenne : ainsi, 18 % des entreprises de la Marne prévoient d'augmenter leurs effectifs de cadres. Après avoir été le département «le plus optimiste» en la matière, le Haut-Rhin marque le pas avec seulement 8 % d'établissements qui envisagent d'embaucher, et 5 % qui pensent réduire. Le Bas-Rhin maintient le cap avec 13 % d'intentions de recrutement contre 4 % de réduction d'effectifs.
Des profils plus jeunes avec moins de 5 ans d'expérience

L'industrie, avec 28 % des projets d'embauche, et les services, 52 %, sont les secteurs les plus porteurs pour l'emploi des cadres dans le Grand Est. Les compétences commerciales-marketing (22 %) et études-R & D (17 %) restent les plus prisées. Contrairement à la tendance hexagonale, le Grand Est recrute moins d'informaticiens.

Les entreprises régionales recherchent aujourd'hui des profils plus jeunes « avec moins de 5 ans d'expérience » (44 %). « L'échelle des rémunérations, la souplesse d'esprit et la modernité des outils », expliquent cette tendance au rajeunissement. Mais 40 % des embauches concernent des professionnels ayant 6 à 15 ans d'expérience.
I.N. (*)L'Association pour l'Emploi de Cadres établit ces prévisions à partir d'une enquête réalisée sur les deniers mois de l'année auprès d'un panel récurrent de 908 entreprises du secteur privé, qui emploient 16 600 cadres.

(*)L'Association pour l'Emploi de Cadres établit ces prévisions à partir d'une enquête réalisée sur les deniers mois de l'année auprès d'un panel récurrent de 908 entreprises du secteur privé, qui emploient 16 600 cadres.