démographie Les statistiques de 2018 dans le Grand Est Naissances, décès :les chiffres alsaciens

Publié dans le panorama le Vendredi 14 février 2020 à 05:47:07

© Dna, Vendredi le 14 Février 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

démographie Les statistiques de 2018 dans le Grand Est
Naissances, décès :les chiffres alsaciens
Le Grand Est figure parmi les régions où la fécondité est la plus faible. Mais l'Alsace s'en sort mieux.
 

 
Le Grand Est comptait 5,5 millions d'habitants au 1er janvier 2019.
L'Insee vient de communiquer ses statistiques sur la situation démographique en 2018 dans le Grand Est qui comptait, au 1er janvier 2019, 5 525 300 habitants.

L'institut national de la statistique et des études économiques constate que l'écart entre le nombre des naissances, au plus bas depuis 20 ans, et celui des décès, toujours en hausse, n'est plus que de 1900 individus. Ce solde naturel s'est dégradé et ne compense pas le déficit migratoire, c'est-à-dire le nombre de personnes qui quittent la région.
1,71 enfant par femme

Mais la situation varie beaucoup selon les départements. Le Bas-Rhin et le Haut-Rhin affichent souvent de "meilleurs" résultats. Ce sont les seuls départements de la région - avec la Marne - à bénéficier d'un excédent naturel. Les seuls aussi, avec l'Aube, à afficher un taux de croissance annuel moyen entre 2008 et 2018 de plus de 0,2  % (entre + 0,24  % et + 0,34  %); ce taux est de 0,41 en France et de 0,03 dans le Grand Est.

La fécondité est l'une des plus faibles de métropole : 1,71 enfant par femme (1,84 en France métropolitaine). Le vieillissement de la population pèse aussi sur le nombre de naissances en réduisant le nombre de femmes en âge de procréer ; le taux de natalité se stabilise à 10,1 naissances pour 1000 habitants, soit le plus bas niveau depuis 1975.

En 2018, 55 580 bébés sont nés dans le Grand Est, soit 1190 de moins qu'en 2017. La baisse des naissances a néanmoins ralenti par rapport aux années précédentes. Si le phénomène est national, il est plus accentué dans notre région.

Mais la natalité est plus dynamique en Alsace, dans la Marne et l'Aube. À noter que 59 % des enfants naissent hors mariage dans le Grand Est comme en France métropolitaine.

La part des femmes en âge de procréer est supérieure à la moyenne régionale dans le Bas-Rhin, la Meurthe-et-Moselle et la Marne (entre 42 et 44 %) alors qu'elle n'est que de 36 % dans les Vosges. La baisse de fécondité concerne en particulier les femmes de moins de 35 ans. La maternité est retardée : 100 femmes âgées de 35 à 49 ans donnent naissance à 35 bébés, soit 4 de plus en une décennie.

L'âge moyen à la maternité s'établit à 30,3 ans dans la région, contre 29,5 ans dix ans plus tôt. Les mères du Grand Est sont en moyenne moins âgées au moment de l'accouchement qu'ailleurs en France. Cet âge varie dans nos départements de 29,4 ans dans les Ardennes à 30,8 ans dans le Bas-Rhin.
Une population vieillissante

Avec 53 650 décès en 2018, le Grand Est enregistre 790 décès de plus qu'en 2017 ; une hausse de 1,5 %, (0,5 % en France métropolitaine). La région affiche un taux de mortalité de 9,8 décès pour 1000 habitants (9,3 ? dans l'Hexagone). Il varie de moins de 9 ? dans le Bas-Rhin à plus de 11 ? en Haute-Marne, dans les Vosges, la Meuse et les Ardennes.

Dans la région, la population avance en âge de façon plus marquée qu'en France métropolitaine. L'indice de vieillissement (rapport entre les personnes de 65 ans ou plus et les moins de 20 ans) atteint 85 % dans le Grand Est en 2018, contre 83 % en France métropolitaine.

Il y a dix ans, ces chiffres étaient respectivement de 66  % et 67 %. Là encore, le Bas-Rhin, par exemple, est moins vieillissant que d'autres départements de l'Est (82 seniors pour 100 jeunes).

Les femmes du Grand Est vivraient jusqu'à 84,3 ans et les hommes jusqu'à 78,8 ans ; à comparer aux données nationales : 85,4 ans et 79,5 ans. L'espérance de vie est plus élevée dans les deux départements alsaciens (plus de 84,8 ans pour les femmes et 79,5 ans pour les hommes).
A.W.