Le dernier QG haut-rhinois des gilets jaunes démonté

Publié dans le panorama le Mardi 14 janvier 2020 à 06:54:10

© L'alsace, Mardi le 14 Janvier 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Le dernier QG haut-rhinois des gilets jaunes démonté
 

 
Le QG des gilets jaunes du Kaligone, à Kingersheim, a été démonté ce lundi matin après une décision de justice. Photo L'Alsace /François TORELLI
Ce lundi matin au Kaligone de Kingersheim, l'opération s'est déroulée sans heurt, malgré la présence de quelques militants de la première heure. Un engin a démonté pan par pan le cabanon des gilets jaunes, installé là depuis le mois de novembre 2018. Une benne a été posée là au croisement des routes départementales 155 (rue de Richwiller) et 429 (rue de Guebwiller), pour recueillir le bois de la construction, les palettes, les tôles ayant servi pour la toiture et les meubles qui avaient été installés dans ce QG. En moins de trois heures, il ne restait plus rien du petit campement des gilets jaunes et un autre service de la ville de Kingersheim était déjà là pour déposer de la terre et réaménager les abords du rond-point.
« On reste mobilisés »

Sur le trottoir d'en face, une quinzaine de gilets jaunes assistaient au « spectacle », dépités. « On savait que cela devait se faire depuis plusieurs semaines. La décision était imminente... Mais le fait de voir les engins mettre à terre notre construction, cela nous touche, évidemment », glisse Christiane, une des militantes de la première heure. « Le combat n'est pas près de s'arrêter car on va se réinstaller ailleurs, pas très loin. Sans doute juste en face. On reste mobilisés », ajoute-t-elle.

Le démantèlement du QG fait suite à une décision de justice. Une ordonnance du tribunal de grande instance de Mulhouse, datée du 5 décembre 2019, sommait les personnes « occupant sans droit ni titre une partie du domaine public routier de la commune de Kingersheim » de « libérer immédiatement les lieux et procéder à l'enlèvement de tous objets et constructions » se trouvant sur place. L'huissier de justice a informé les militants concernés et demandé, le 16 décembre dernier, via la préfecture, le concours de la force publique. Laurent Touvet, le préfet du Haut-Rhin a signé le mardi 7 janvier cette autorisation, qui a donc mis moins d'une semaine pour être suivie des faits.

En mai dernier, les forces de l'ordre avaient déjà procédé à l'enlèvement de cabanons situé autour de ce même rond-point du Kaligone. Aujourd'hui, il ne reste plus de QG de gilets jaunes dans le Haut-Rhin.
Alain CHEVAL