Haut-Rhin Plus de 170 avocats protestent

Publié dans le panorama le Mardi 14 janvier 2020 à 06:43:40

© L'alsace, Mardi le 14 Janvier 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Haut-Rhin  Plus de 170 avocats protestent
 

 
? À Mulhouse, plus d'une centaine parmi les 220 avocats du barreau se sont rassemblés à 11 h sur les marches du palais de justice pour quelques minutes. L'heure n'a pas été choisie au hasard : elle correspondait à celle du rendez-vous entre les représentants nationaux des avocats et la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. « Un rendez-vous demandé et attendu depuis plus de quatre mois », a précisé Marie-Laure Schott, nouvelle bâtonnière de Mulhouse. « À l'issue de cette réunion, nous espérons qu'il y aura des avancées significatives par rapport à nos demandes... » En attendant les robes noires se sont rassemblées en AG extraordinaire pour statuer sur la suite de leur mouvement, et ont voté la poursuite de la grève jusqu'au 20 janvier.

« Nous tiendrons à ce moment-là une nouvelle assemblée générale pour décider de ce qui va suivre. Dans un communiqué signé par le conseil national des barreaux, le barreau de Paris et la conférence des bâtonniers, on nous demande clairement de rester mobilisés suite la réunion parisienne avec la garde des Sceaux, qui n'a abouti à rien de concret. Mais dans l'hypothèse où le CNB nous donnerait un autre mot d'ordre, nous lèverions avec effet immédiat notre mouvement de grève. »

? À Colmar, ils et surtout elles étaient 70, ce lundi matin sur les marches du tribunal de grande instance. Soit la moitié des professionnels inscrits au barreau de Colmar. Une semaine après le début du mouvement de grève, les avocats colmariens ont de nouveau manifesté leur opposition au projet de réforme. En musique, au son de la corne, de la sirène, le bâtonnier Sacha Rebmann a redit tout le bien que les avocats pensent de l'intégration de leur régime, autonome et « bien géré » puisqu'assis sur des réserves de 2 milliards d'euros dans le régime général, vécue comme une « spoliation ». Affublé d'une robe noire, un squelette symbolisait l'effet de la réforme sur la profession : « Quelle profession pourrait accepter un doublement de ses cotisations et une baisse de sa pension ? », a lancé Sacha Rebmann.

Un nouveau rassemblement est prévu vendredi matin devant la cour d'appel, où doit se dérouler l'audience solennelle de rentrée. Les avocats colmariens jugeront ce mardi si le mouvement, dur et durable, « rare mais à l'image de [leur] colère », doit se poursuivre.
A. C. et Ph. M.