Le G5 Sahel resserre les boulons autour de Macron

Publié dans le panorama le Mardi 14 janvier 2020 à 06:30:51

© L'alsace, Mardi le 14 Janvier 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Le G5 Sahel resserre les boulons autour de Macron
 

 
Emmanuel Macron et ses homologues du G5 Sahel, lundi à Pau. Photo Regis DUVIGNAU / AFP
À Pau, lundi, Emmanuel Macron a obtenu des dirigeants du G5 Sahel ce qu'il attendait d'eux : dans leur déclaration commune, ils ont « exprimé le souhait de la poursuite de l'engagement militaire de la France au Sahel ». Une « relégitimation », comme l'avait exigé au préalable l'Élysée, pour la force française Barkhane.

La France intervient depuis 2013 au Sahel, face à une nébuleuse de groupes terroristes. Elle y a perdu 41 hommes, sans parvenir à stabiliser la situation. Et le mécontentement de la population monte, qui accuse la France d'ingérence et de visées néocolonialistes. Vendredi, un millier de personnes ont encore manifesté à Bamako (Mali) pour réclamer le départ des troupes françaises et étrangères.
« Coalition pour le Sahel »

Irrité, Emmanuel Macron avait donc en décembre convié abruptement les dirigeants du G5 Sahel à Pau. Et il avait averti qu'il mettrait toutes les options sur la table, y compris celle d'un retrait.

Finalement, ayant obtenu satisfaction, il a annoncé l'envoi de 220 soldats supplémentaires. La force Barkhane compte déjà 4 500 hommes.

Par ailleurs, les chefs d'État ont convenu de mettre en place pour coordonner leur action « un nouveau cadre politique, stratégique et opérationnel » baptisé « Coalition pour le Sahel ».

Ce dernier rassemblera le G5 Sahel, la force Barkhane et les pays partenaires. Ils ont en particulier décidé de « concentrer immédiatement leurs efforts militaires dans la zone des trois frontières » (Mali, Burkina, Niger), où se sont concentrées les attaques ces derniers mois, en ciblant en priorité le groupe Etat islamique dans le grand Sahara. Le futur groupement de forces spéciales européennes, baptisé Takuba s'intégrera dans ce commandement conjoint.
Washington veut se désengager

Enfin, alors que les États-Unis envisagent un désengagement de leurs troupes au Sahel, les pays du G5 Sahel ont « exprimé leur reconnaissance à l'égard de l'appui crucial apporté par les États-Unis et ont exprimé le souhait de sa continuité ». Mais le haut-commandement américain souhaite rediriger ses forces vers le Pacifique. L'armée américaine déploie par rotations en Afrique quelque 7 000 soldats des forces spéciales qui mènent des opérations conjointes avec les armées nationales contre les djihadistes, notamment en Somalie.

Un nouveau sommet associant les États du G5 Sahel et la France se tiendra en juin 2020 à Nouakchott en Mauritanie.