Social  Projet de réforme des retraites Les robes noires en colère

Publié dans le panorama le Mardi 14 janvier 2020 à 06:06:54

© Dna, Mardi le 14 Janvier 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Social  Projet de réforme des retraites
Les robes noires en colère
À Strasbourg, Mulhouse, Colmar et Saverne, les avocats ont manifesté contre le projet de réforme des retraites. Ils étaient 300 dans la capitale alsacienne et plus d'une centaine dans la cité du Bollwerk.
 

 
Rassemblement devant le tribunal de Strasbourg de 300 avocats ce lundi matin.
Ce lundi à partir de 11 h, près de 300 avocats se sont rassemblés sur les marches du palais de justice de Strasbourg pour marquer leur opposition au projet de réforme du régime autonome de retraite de la profession, à l'heure où la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, recevait des représentants des avocats, dont le Conseil national des barreaux (CNB).

La mesure prévoit notamment le doublement de leurs cotisations et la baisse de près de moitié des pensions de base.
Ils demandent deles « laisser vivre »

Relevant le rabat de leur robe, en signe d'étranglement, les avocats, par la voix de leur bâtonnier, Christina Kruger, ont tenu à rappeler que leur régime autonome ne coûtait pas un centime à leurs concitoyens et se montrait déjà solidaire du régime général en reversant chaque année près de 100 millions d'euros.

Ils demandent au gouvernement de les « laisser vivre », regrettant de ne pas « être entendus, ni considérés ». « Rien ne justifie que les réserves, que nous avons constituées grâce à une gestion rigoureuse », soient ponctionnées. En grève depuis une semaine, les 1 100 avocats strasbourgeois ont décidé, lors d'un conseil de l'ordre programmé ce lundi à 17h, de reconduire le mouvement jusqu'au lundi 20 janvier. Les avocats du barreau de Strasbourg sont amenés à formuler des demandes de renvoi pour toutes les audiences pénales, civiles, commerciales, administratives et prud'homales. Par ailleurs, aucun avocat ne sera présent en garde à vue, en comparution immédiate, devant le juge d'instruction et devant le juge des libertés et de la détention.

À Mulhouse, à la même heure, plus d'une centaine des 220 avocats de la ville se sont rassemblés sur les marches du palais de justice pour quelques minutes. « Nous espérons qu'il y aura des avancées significatives par rapport à nos demandes et attentes »... Les robes noires mulhousiennes se sont rassemblées en AG pour décider de la suite de leur mouvement... Les audiences de ce lundi ont toutes été renvoyées.

À Colmar, ils (et surtout elles) étaient 70, sur les marches du tribunal de grande instance. Soit la moitié des inscrits au barreau de la ville. Ils ont manifesté en musique, au son de la corne, de la sirène. Le bâtonnier Sacha Rebmann a redit tout le « bien » que les avocats pensent de l'intégration de leur régime, autonome et « bien géré », dans le régime général, vécue comme une « spoliation ».

Un nouveau rassemblement est prévu vendredi matin devant la cour d'appel où doit se dérouler l'audience solennelle de rentrée. Les avocats colmariens jugeront mardi si le mouvement doit se poursuivre.

À Saverne, les avocats ont, eux aussi, symboliquement enlevé la robe ce lundi matin pour l'accrocher aux grilles du palais de justice. Ils poursuivront toute la semaine leur mouvement de grève.
Cél. L., A. C., Ph. M., G. B.