Passage de relais pour le Médiabus 68

Publié dans le panorama le Mardi 14 janvier 2020 à 06:06:10

© L'alsace, Mardi le 14 Janvier 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Passage de relais pour le Médiabus 68
 

 
Le Médiabus du Haut-Rhin, c'est la possibilité d'emprunter à volonté, mais aussi de prendre son temps sur place. Photo L'Alsace
En ce samedi frisquet de la mi-décembre, à Labaroche, sur les hauteurs de Colmar, le Médiabus du Haut-Rhin est animé. Les générations se croisent entre les étroits rayonnages, les bras chargés de livres, dans une bonne humeur teintée de nostalgie, puisqu'à cet arrêt dit de La Chapelle, c'est une dernière (lire ci-dessous). En 2020, au regret de certains, la Médiathèque départementale diminue ses tournées presque de moitié, en les « recentrant » sur les jours les plus favorables, les mercredis et les samedis, en fonction de leur attractivité, mais aussi de l'évolution de la carte des établissements dédiés à la lecture publique.
Priorité aux « zones blanches »

« Tous les cinq ans environ, nous faisons un point », explique la directrice Isabelle Pierre-Siegendaler. « Le principe est qu'il y ait une médiathèque intéressante, communale ou intercommunale, à moins de 15 minutes de chez soi. » Le Médiabus, ce « formidable service » itinérant, a pour mission d'« aller là où il ne peut pas y en avoir », priorité étant donnée aux « zones blanches » du département, les campagnes isolées du Sundgau ou villages de moyenne montagne. L'un « des très rares » à encore fonctionner en France, il a cependant perdu près de 40 % de son public en cinq ans. « C'est notamment dû à la fréquentation des médiathèques, dont celle d'Altkirch qui a plus de 5 000 usagers », estime la cheffe de service. Et il s'agit désormais de « faire vivre » celle de Munster, qui vient d'ouvrir avec l'aide du département.

Des « réajustements » ont ainsi été apportés dans les secteurs où la fréquentation est la plus faible, en dessous de 3 % de la population. À Labaroche, trois points de passage subsistent, sur les quatre initiaux. « On redistribue les horaires, on garde les stationnements les plus vivants, en espérant faire venir les gens », détaille Isabelle Pierre-Siegendaler. En outre, « les usages évoluent », partout les emprunts baissent. « On observe un phénomène intéressant : le public ne vient pas forcément en médiathèque pour les documents, mais pour une conférence, pour des échanges... » Il s'agit de « tisser du lien ». Attachée au service de la lecture publique et ce, davantage qu'à l'occasion « d'un passage par mois, d'un minimum de 45 minutes », Isabelle Pierre-Siegendaler répète qu'« on ne pourra pas ouvrir une bibliothèque dans chaque village », mais qu'« il serait utile » de créer de plus en plus de « points fixes ».

Le bonheur de s'installer pour lire à bord du Médiabus, qui s'arrête chaque samedi à Labaroche. Photo L'Alsace /Vanessa MEYER

Petits et grands, tous y trouvent leur compte. Le Médiabus 68 donne accès à quelque 300 000 documents, livres, CD, DVD... Photo L'Alsace /Vanessa MEYER

Pas de limite au nombre de livres à emprunter et certaines en profitent bien!  Photo L'Alsace /Vanessa MEYER

Le plaisir de ramener ses livres à la maison, ici à l'arrêt dit de La Chapelle à Labaroche. Photo L'Alsace /Vanessa MEYER

La famille Deffinis, adepte du Médiabus 68, regrette que cet arrêt de La Chapelle à Labaroche soit supprimé en 2020. Photo L'Alsace /Vanessa MEYER

Isabelle Pierre-Siegendaler, directrice de la Médiathèque, souhaite étendre le service public de la lecture en multipliant les points fixes. Photo L'Alsace /Vanessa MEYER

Francis Bongrand, bibliothécaire à bord du Médiabus, qui suit la tournée de Labaroche depuis 28 ans et connaît tous les fidèles par leur nom. Photo L'Alsace /Vanessa MEYER

Lionel Sigrist, conducteur du Médiabus, également infographiste, s'apprête à changer de poste, non sans une petite pointe de nostalgie. Photo L'Alsace /Vanessa MEYER

Le département soutient un « projet sérieux » de médiathèque à Ferrette, à l'horizon 2021, et suit les « réflexions » lancées à Masevaux... À Turckheim, où le Médiabus ne fait plus halte désormais, il est question d'ouvrir aux lecteurs de tous âges l'actuelle bibliothèque de l'Ehpad. « Nous sommes en discussion avec la direction de l'établissement et la mairie. Nous pouvons accompagner les aménagements, nous ferons évoluer les collections avec nos fonds. » À Baldersheim, commune qui a également disparu des tournées, un « point lecture » sera installé à l'agence postale, ouverte 24 heures par semaine, d'ici la fin du trimestre. « Des points lecture, nous en avons moins de 30, ce n'est pas assez. Il faut mutualiser les possibilités pour proposer un service qui reste pertinent », argumente Isabelle Pierre-Siegendaler.
Portage à domicile

Dans tous les cas, à travers un maillage de plus de 80 bibliothèques dans le Haut-Rhin, jusque dans les établissements hospitaliers ou les prisons, les usagers ont accès à l'ensemble des collections de la Médiathèque départementale, soit quelque 300 000 documents allant des livres aux CD et DVD, en passant par les magazines, ainsi qu'à des conseils de lecture, des événements culturels...

Quant aux lecteurs les plus isolés, dont certains montaient encore difficilement à bord d'un Médiabus, ils devraient pouvoir bénéfi-cier dès février d'un nouveau service d'« ambassadeurs du livre », ou portage à domicile, avec l'appui de deux jeunes en service civique. « Nous avons identifié neuf ou dix personnes pour l'instant. On pourra discuter des choix avec elles, peut-être apporter des textes enregistrés », réfléchit la cheffe de service. « En travaillant avec les communes, on ira aussi vers un autre public. On ne laissera personne sans ressources. »
Textes : Catherine CHENCINERPhotos : Vanessa MEYER