Turckheim  Les voeux de la MGEN Des difficultés de recrutement

Publié dans le panorama le Mardi 14 janvier 2020 à 06:05:07

© Dna, Mardi le 14 Janvier 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Turckheim  Les voeux de la MGEN
Des difficultés de recrutement
La cérémonie très bien suivie de la MGEN est toujours de très haute tenue, et ne dérogeait pas à la tradition, après celle de l'anniversaire des 70 ans de l'institution, relatée dans nos colonnes.
 

 
Cinq retraités ont été honorés.
Les effusions en cette période propice furent néanmoins réduites préventivement à cause d'une sournoise suspicion de « gastro » évidemment fort bien contenue en ce lieu. Quelques probables avaries de transmission dues au courrier privèrent de la fête quelques personnalités, publiques ou privées, mais l'essentiel des « fidèles » était au rendez-vous.

Pour la MGEN, étaient présents Fabrice Blanchot et Elisabeth Auge, président et directrice de la section Haut-Rhin. Marc Perego, directeur adjoint des HCC Pasteur, Martine Ott, directrice de l'UGECAM -pôle Santé Alsace, Marianne Fretz représentant le Dr Audhuy de la Ligue contre le cancer, Henri Spinner pour les usagers également. Marc Schiele représentait à la fois le SIVOM et le maire d'Ammerschwihr. Parmi les acteurs locaux, le lieutenant Lepetit, commandant la gendarmerie de Kayserberg, avec deux de ses collaborateurs, les Brigades Vertes, l'ONF etc.

Le directeur Jean-Jacques Portron commença son discours en remerciant tous ces acteurs indispensables, sans oublier les bénévoles et adressa une pensée amicale aux collaborateurs absents notamment pour cause de maladie avant d'attaquer le vif du sujet, intimement apparenté puisqu' évoquant la richesse humaine -le mot est plus valorisant que les « ressources » chères aux DRH- et une certaine inquiétude quant aux difficultés de recrutement (pas propres hélas aux soignants) actuelles.
Cinq retraités à l'honneur

Illustré par la diapositive d'un dessin humoristique (en bref « l'union fait la force ») parmi un diaporama par ailleurs très clair, chiffré et loquace de l'activité, il affirma que la dynamique de l'établissement n'était pas de restreindre la voilure, au contraire, et confirma par un tableau de nouvelles arrivées en 2019, au milieu de.. 540 contrats rédigés par l'équipe -efficace- des RH. (3 pharmaciens et une majorité de médecins, souvent spécialistes).

Dans une vision purement gestionnaire, l'activité de l'année qui prévoyait un taux d'occupation de 92 % s'est plafonnée à 88 %, et personne n'a chômé pour maintenir la qualité malgré un turn over indépendant de la gestion (pénurie générale). Car cette recherche s'est concrétisée en 2019 par la pousuite de la mise en place du projet d'établissement, la perspective de la norme V 2020, l'organisation de communication médecins/cadres/direction en l'absence de médecin-chef etc. Sans oublier l'énorme chantier orchestré par l'adjoint Régis Lombard, de rénovation des cuisines.

Pour faire court et malgré les embûches, la structure affiche un excédent financier pour 2019. Pour 2020, cet objectif de 92 % permettrait la création de 18 postes supplémentaires (2/3 réalisés)

Toujours en verve dans une connation non dénuée d'humour, Jean-Jacques Portron référera à Peter Drucker (pour changer un peu de Francis Blanche) : « La raison d'être d'une organisation est de permettre à des gens ordinaires de faire des choses extraordinaires » ou « La meilleure façon de prévoir l'avenir, c'est de le créer »...

Omila Ramphul-Daul, spécialiste en médecine de rééducation intervint après le directeur, pour louer précisément cette symbiose vraisemblablement réussie et pérenne à la MGEN -avec des pathologies de plus en plus complexes- entre les soignants et les administratifs.

Le directeur fêta ensuite cinq retraités avant d'inviter aux réjouissances gustatives. Et dans ce domaine, l'engagement d'excellence de la MGEN n'est plus à démontrer : en variété, en finesse et en goût, le chef pourrait donner des complexes à bon nombre de tables gastronomiques !