Santé  Épidémie du syndrome pieds-mains-bouche Poussées de boutons cet hiver

Publié dans le panorama le Mardi 14 janvier 2020 à 06:01:18

© Dna, Mardi le 14 Janvier 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Santé  Épidémie du syndrome pieds-mains-bouche
Poussées de boutons cet hiver
Le syndrome pieds-mains-bouche, maladie contagieuse de l'enfance, le plus souvent bénigne, est très présent actuellement. Le virus responsable appartient à une famille de virus intestinaux. L'infection peut être sérieuse chez des femmes en début de grossesse ou des personnes immunodéprimées.
 

 
Des précautions sont à prendre en collectivité pour éviter la propagation du virus responsable de la maladie pieds-main-bouche.
Depuis quelques semaines, une épidémie de maladie ou syndrome pieds-mains-bouche (*) sévit en Alsace. Cette maladie virale, le plus souvent bénigne, est due à des virus, essentiellement des entérovirus de type coxsackie.
Les parents aussi

Il n'y a pas de traitement autre que laisser l'organisme se défendre avec son système immunitaire. Normalement, cette maladie survient par petites épidémies au printemps, en été ou au début de l'automne en France.

Elle touche des enfants en majorité entre six mois et quatre ans, mais peut aussi atteindre des enfants plus âgés et des adultes, comme l'explique le pédiatre alsacien Francis Rubel, ancien président du Conseil national de pédiatrie et membre du réseau Sentinelles.

« On a eu plein de cas autour de Noël, et cela du nord au sud. Et ces deux derniers mois, j'ai vu des parents être eux aussi malades. »

Actuellement, il voit plus de cas que d'habitude. « Est-ce que les virus intestinaux sont plus répandus en ce moment ? » Il note aussi que, compte tenu de la présence de plusieurs virus, responsables de la maladie, les enfants sont plus souvent touchés. « Dans mon cabinet, j'ai vu deux fois des enfants revenir, ayant d'abord attrapé une première forme bénigne puis, quelque temps après, une forme plus sévère. »
Formes sévères rares

Car l'immunité n'est acquise que pour un virus, mais pas pour les autres. « Dans les formes plus sévères, on peut avoir des atteintes neurologiques, cardiovasculaires, des méningites ou des formes compliquées d'eczéma. »

Ces formes sévères sont dites rares, mais en 2018, le pédiatre estime en avoir vu de l'ordre de 10 à 15 % des cas. « Des enfants peuvent même perdre leurs ongles. »

Parmi les symptômes de la maladie, de la fièvre, mais surtout des vésicules allongées ou papules ("boutons"), qui apparaissent sur la peau au niveau des pieds, des mains et de la bouche. Dans la bouche, elles peuvent être suffisamment nombreuses pour gêner l'alimentation et l'hydratation des plus petits.

« Chez les bébés, il peut y en avoir aussi au niveau des fesses. » Dès que la fièvre se déclare, l'enfant est contagieux pendant cinq à six jours via les postillons et les lésions de la peau. Après, ce sont les selles qui sont contagieuses pendant quatre à cinq semaines.

Le virus est assez résistant à l'air libre, d'où l'importance d'adopter des mesures d'hygiène rigoureuses, notamment en collectivités, crèches, haltes-garderies ou écoles maternelles mais aussi chez les assistantes maternelles.

Comme le confirme Julie Laforêt, responsable de la Maison de l'Enfance, rue de Wasselonne à Strasbourg. « Nous sommes souvent alertés par les boutons localisés. Du coup, on va plus loin pour évaluer l'état de santé de l'enfant. Et si on a un cas, nous en informons les autres parents par voie d'affichage dans la structure. Et si des symptômes apparaissent chez d'autres enfants, on va conseiller aux parents de consulter leur pédiatre ou leur médecin de famille. »
Des précautions à prendre en collectivités

Dans la crèche, les précautions mises en oeuvre sont le lavage régulier des mains, le port de gants quand on change les enfants.

« Le linge est évacué et lavé après chaque usage et on lave aussi les jouets quotidiennement, ainsi que les sols et les surfaces », reprend la responsable. Mais sauf si l'enfant est vraiment fiévreux, ou a des boutons qui se sont infectés, on ne les empêche pas de venir. »

Le pédiatre Francis Rubel revient sur un aspect important : la protection des femmes enceintes en début de grossesse. « Elles doivent être alertées et attentives à tout cas dans leur entourage, car le virus peut provoquer des malformations cardiaques chez le foetus. Et ces virus posent aussi des problèmes aux enfants immunodéprimés. »
Geneviève DAUNE (*) Il existe une petite centaine de types d'entérovirus. La forme grave de syndrome pieds-mains-bouche due à l'entérovirus 71 sévit essentiellement dans la région Asie-Pacifique et tout au long de l'année.

(*) Il existe une petite centaine de types d'entérovirus. La forme grave de syndrome pieds-mains-bouche due à l'entérovirus 71 sévit essentiellement dans la région Asie-Pacifique et tout au long de l'année.