Kappelen  Cérémonie des voeux La "der" de Gérard Burget

Publié dans le panorama le Mardi 14 janvier 2020 à 05:50:52

© Dna, Mardi le 14 Janvier 2020
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Kappelen  Cérémonie des voeux
La "der" de Gérard Burget
Pleine à craquer, la grande salle Bi's Jobbis ! Samedi soir, c'était comme si le village entier avait envie de rendre hommage à son maire, Gérard Burget, à l'occasion de son ultime cérémonie de voeux.
 

 
Sous les yeux de Reine, son épouse, Gérard Burget reçoit la médaille d'Honneur régionale grade
Ce n'est pas une page que Gérard Burget tourne. C'est tout un livre de vie que, au terme de six mandats successifs, il posera bientôt sur l'étagère aux souvenirs. Et c'est bien pour feuilleter ces pages-là, que la population s'est déplacée en masse, samedi soir. Année électorale oblige, le protocole n'avait, de fait, prévu ni bilan, ni projet.
« Vous êtes un père ! »

Christophe Klein, 1er adjoint et maître de cérémonie, annonce d'emblée « une soirée spéciale ». Il précise : « Elle sera dédiée à une personne spéciale ». Élu durant trente-sept années, « ce n'est pas rien ! » Il a assuré un premier mandat en tant qu'adjoint puis cinq autres comme maire.

Dans leurs interventions, les élus, présents en nombre, vont évoquer un Gérard Burget « rigoureux » (Jean-Marie Belliard, Sierentz), « persévérant » (Jean-Marc Deichtmann, Huningue), « visionnaire » (Bernadette Groff, conseillère départementale), « enthousiaste » (Bruno Fuchs, député) ou encore « intraitable sur les dossiers » (René Danesi, sénateur ».

L'agent communal Renaud Galtié, gratifié pour dix années de service, aura ce joli mot au micro : « Pour moi, vous êtes un père ! ». Après un silence : « Un père sévère, mais un bon père... » Le propos va droit au coeur de Gérard Burget. L'humain, ainsi, tissera tout au long le filigrane de la cérémonie.
Au fil des photos

Et surtout avec les images très éloquentes du diaporama élaboré par Christophe Klein. À base de photos « glanées à droite à gauche », le montage retrace « quatre décennies de la vie du village ». Édifiantes ces grues, pelleteuses et autres camions qui y apparaissent si souvent. Remarquable ce petit village rural qui se métamorphose au fil du temps. Ici, par les travaux publics : assainissement, trottoirs, enrobé pour toutes les rues. Là, les constructions : nouvelle salle communale, « Bi's Jobbis », nouvelle aire de jeux. Et sans compter les rénovations : mairie, chapelle Saint-Wolfgang. Le bouillonnement de la vie associative, riche, vivant. Ni surtout la solution apportée à la pénurie d'eau...
Deux histoires d'eau

L'eau, grande oeuvre de Gérard Burget, qui y revient dans son discours. Il évoque d'abord « les forages réalisés dans la forêt de la Hardt, nous garantissant pour les 50 années à venir ». Et ensuite, « les deux digues sur la colline, nous prévenant des inondations ».

Quelques remerciements encore, à son épouse, Reine, en particulier ; des médailles aux donneurs de sang et lauréats des maisons fleuries ; l'éclairant cortège des élus locaux venus témoigner ; quelques larmes aussi... Bientôt, Gérard Burget refermera son livre, le regard songeur...
Paul MUNCH