Attentat Le rassemblement de soutien à Mickaël Harpon interdit

Publié dans le panorama le Jeudi 10 octobre 2019 à 06:06:04

© L'alsace, Jeudi le 10 Octobre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Attentat Le rassemblement de soutien à Mickaël Harpon interdit
 

 
Une « infamie ». Le rassemblement en soutien à l'auteur de la tuerie de la préfecture de police de Paris, prévu jeudi à Gonesse (Val-d'Oise), va être interdit, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur. Dans un message posté sur Facebook, Hadama Traoré, un activiste politique d'Aulnay-sous-Bois, a affirmé que l'auteur de la tuerie, Mickaël Harpon, « n'était pas un extrémiste religieux » et a appelé à un rassemblement devant la mairie de Gonesse de 13 à 15 heures ce jeudi. « C'est une infamie et une insulte à la mémoire de nos policiers. », a dénoncé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui s'est entretenu avec le préfet du Val-d'Oise en vue de faire interdire ce rassemblement. Le ministre a également annoncé son intention d'alerter la justice à la suite des propos tenus par l'initiateur de l'événement. Mercredi soir, Hadama Traoré a été placé en garde à vue.

En fin de matinée mercredi, l'activiste a posté un autre message sur sa page Facebook. Il y déclare notamment vouloir « rétablir la vérité » sur ce dernier, assurant qu'il souffrait au travail du fait de son handicap.

Droite et extrême droite, mais aussi certains à gauche, étaient vent debout mercredi contre l'organisation de ce rassemblement, réclamant son interdiction et pour certains la poursuite de ses initiateurs. « Bien sûr qu'il faut l'interdire, il n'y a même pas de question à se poser », a réagi Frédéric Péchenard, vice-président (LR) de la région Ile-de-France et ancien directeur général de la police nationale, sur LCI.

« Comment croire qu'Emmanuel Macron pourrait lutter contre «l'hydre islamiste» alors qu'il n'arrive même pas à faire interdire une manifestation de soutien à l'assassin de quatre policiers organisée par un ver de terre ? », a demandé Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national, sur Twitter.
Des tags pro-Harpon dans un centre commercial parisien

« RIP Harpon » et « couteau en céramique » : des tags légitimant l'attaque de la préfecture de Paris ont par ailleurs été découverts dans le centre commercial Italie 2, à Paris, qui avait été occupé par les militants écologistes d'Extinction Rebellion, samedi. D'autres militants anticapitalistes et des gilets jaunes les avaient rejoints. Le parquet de Paris, qui avait ouvert dès samedi une enquête pour les dégradations commises sur les lieux, a élargi la procédure lundi à des faits d'« apologie du terrorisme ».