Apprentissage Une réforme qui plonge les CFA dans le flou

Publié dans le panorama le Mercredi 09 octobre 2019 à 06:11:00

© L'alsace, Mercredi le 09 Octobre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Apprentissage Une réforme qui plonge les CFA dans le flou
 

 
Yannick Scheibling, directeur du Centre de formation d'apprentis (CFA) Marcel-Rudloff de Colmar : « L'égalité devant le service public n'est pas respectée, la réforme crée une distorsion de tarif, et pose, à mon sens, un problème juridique. » Photo L'Alsace /Véronique BERKANI
« L'esprit de la réforme est bon, il s'agit de diversifier l'offre de formation afin qu'elle colle davantage à la réalité des entreprises. » Mais si l'esprit va dans le bon sens, la mise en oeuvre est chaotique. En près de quarante ans de carrière, Yannick Scheibling, directeur du Centre de formation d'apprentis (CFA) Centre Alsace Marcel Rudloff de Colmar, dit n'avoir « jamais été confronté à une telle situation ». Votée en septembre 2018, la réforme de l'apprentissage (loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel), bouleverse l'organisation des Centre de formations des apprentis (CFA). Les subventions de fonctionnement, jusque-là versées par le Conseil régional, seront dorénavant distribuées par l'organisme public France Compétences qui collectera la taxe d'apprentissage auprès des entreprises pour la reverser aux financeurs, dont les opérateurs de compétences (OPCO). Avec ses pôles gastronomie, beauté, commerce, énergies et fluides, construction et automobiles, le CFA Marcel-Rudloff aura affaire à six OPCO différents sur les onze existants. « Pour l'instant, je n'ai aucune nouvelle de ces organismes... alors que la réforme entre en vigueur le 1er janvier 2020 », s'alarme le directeur du CFA Marcel-Rudloff. Président de l'Association des directions des CFA d'Alsace, Yannick Scheibling n'a pas été mieux informé que ses confrères. « Nous n'avons été entendus ni par les ministères ni par les députés. » Précautionneuse, la région Grand Est a prévu un fonds de réserve afin que les CFA tiennent au moins deux mois à partir de janvier prochain et a préfinancé un certain nombre d'actions (les dotations pour l'outillage, par exemple).
« Une nouvelle tarification beaucoup plus avantageuse »

D'autres points restent cependant en suspens : « Les apprentis ont droit à des indemnités de déplacement, ainsi qu'à un « trousseau » (outils, tenue...). À ce jour, personne ne sait pas qui va prendre en charge leur financement. » « Mais le plus inique dans tout cela est que les coûts des formations (coût-contrat), qui constituent un indicateur pour les versements de la taxe d'apprentissage et les subventions régionales, ont été déclarés et déposés en préfecture en 2017. Nous, les CFA " historiques, allons percevoir ces montants pour financer les formations des jeunes inscrits en 2019. Or, à partir de janvier 2020, tout nouveau CFA qui se crée bénéficiera de la nouvelle tarification, beaucoup plus avantageuse, puisqu'elle sera de 30 à 50 % plus importante. En section coiffure, par exemple, nous sommes financés à hauteur de 3 600 EUR par apprenti. Aujourd'hui, je sais déjà que cette formation me coûtera en réalité 4 000 EUR, du fait des innovations pédagogiques qui sont intervenues depuis. Et dans une perspective de plus long terme, le coût s'élèvera à 5 500 EUR. Au nom de quoi des CFA nouvellement créés auraient-ils droit à plus que nous, les acteurs historiques ? ! L'égalité devant le service public n'est pas respectée, la réforme crée une distorsion de tarif, et pose, à mon sens, un problème juridique. »
Une « année record »

Le budget du CFA Marcel-Rudloff se monte à 4,4 millions d'euros. Avec le nouveau système de dotation, l'établissement aurait pu toucher 5,2 millions.

Ce problème de financement est, de plus, particulièrement aigu en cette rentrée alors que le CFA vit une « année record » avec 1 100 jeunes inscrits contre 1 032 en 2018. « Nous n'avons plus enregistré autant d'inscriptions depuis 2010, nous percevons un réel engouement pour l'apprentissage. » Malgré cette affluence record, 150 places restent non pourvues dans les entreprises haut-rhinoises.
Véronique BERKANI