Agriculture Le coup de semonce des agriculteurs

Publié dans le panorama le Mercredi 09 octobre 2019 à 06:05:14

© L'alsace, Mercredi le 09 Octobre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Agriculture Le coup de semonce des agriculteurs
 

 
 
« On a choisi de bloquer symboliquement entre 11 h et 14 h pour ne pas trop gêner les gens qui travaillent. » La profession agricole entendait ainsi exprimer sa colère et son désarroi face au « manque de considération, à l'excès de normes, aux prix bas, et la concurrence déloyale ». Les agriculteurs ont mis en place 6 points de blocage ce mardi, du nord au sud de l'Alsace.
Rencontre matinale avec le conseil régional

À Strasbourg, environ 140 tracteurs ont investi l'autoroute à hauteur de la sortie Cronenbourg dans les deux sens, alors qu'une déviation de la circulation se mettait en place, sécurisée par un important dispositif policier. À Brumath, on en dénombrait 200, le dernier décompte de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles) du Bas-Rhin faisait état de 740 engins agricoles dans le département, contre 550 selon la préfecture. Dans le Haut-Rhin, ils étaient environ 150.

Pour Denis Ramspacher, « le ras-le-bol est tel qu'on n'a pas eu grand-chose à faire pour mobiliser, même s'il y a encore des travaux des champs, avec le maïs, les betteraves, les semis de blé et les vendanges. Avant la manifestation, le président de la Chambre d'agriculture d'Alsace et les responsables syndicaux agricoles ont enchaîné les rendez-vous. Lundi, ils ont rencontré les parlementaires alsaciens, puis l'association des maires du Bas-Rhin « pour voir comment on peut discuter » ; sur l'épineux sujet, notamment, des zones de non-traitement, ces bandes tampon entre champs et habitations pour l'épandage des pesticides. Et ce mardi à 8 h, avant d'aller manifester, ils étaient reçus à Strasbourg par la commission agricole du conseil régional. Il y a le feu à la ferme France.
« Sauvez les paysans ! »

« Au nom de la terre, sauvez-nous ». « Sauvez les paysans » : cette supplique affichée à l'avant de certains tracteurs traduit l'ampleur du malaise agricole. Du côté de Wasselonne-Marlenheim, les agriculteurs ont procédé à la pendaison symbolique d'un « paysan en paille », pour signifier la mort de leur profession. Pour Julien Koegler, le président des Jeunes agriculteurs du Bas-Rhin, les agriculteurs ont au moins trois raisons d'être sous pression : ils sont victimes d'agribashing au quotidien, « un vrai harcèlement moral sur nos pratiques. On est prêts à les améliorer, dit-il, mais pour ça, on a besoin d'être soutenus pas d'être montrés du doigt. »

S'y ajoutent les distorsions de concurrence, « la France est championne pour rajouter une couche aux normes européennes », et les accords de libre-échange, « Ceta, Mercosur alors que le gouvernement nous demande de produire plus vert il laisse entrer la production de pays qui n'ont pas les mêmes réglementations ». Pour le monde agricole, la coupe est pleine. La manifestation de mardi résonnait comme un avertissement.

Les agriculteurs ont bloqué l'autoroute A35 à hauteur de Cronenbourg de 11h à 14h.  Photo DNA /Franck Delhomme
10 km de ralentissements sur l'A35

Les barrages ont entraîné d'importantes difficultés de circulations sur l'A35 et l'A4, avec entre autres, un ralentissement de 10 km au plus fort de la manifestation dans le sens Sélestat-Strasbourg, indique la préfecture. Par ailleurs, 750 poids lourds ont été stockés sur les différentes aires.

Après un barbecue et des prises de paroles, les agriculteurs ont levé le blocage des différents sites vers 14 h, comme prévu. Mais le retour à la normale du trafic n'a eu lieu qu'en milieu d'après-midi, notamment sur la RN 83 entre la sortie sud de Sélestat et l'échangeur de Saint-Hippolyte où les camions avaient été stoppés avant de pouvoir reprendre l'autoroute A35.
I.N. PLUS WEB Notre vidéo sur le site www.lalsace.fr.