Darmanin met le paquet sur la lutte anti-contrebande

Publié dans le panorama le Mercredi 09 octobre 2019 à 06:01:42

© Dna, Mercredi le 09 Octobre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Politique Trafic de tabac et avenir des buralistes
Darmanin met le paquet sur la lutte anti-contrebande
Montrer combien les douanes françaises luttent contre le trafic de tabac et combien le gouvernement est attentif à l'avenir des buralistes: tels étaient les objectifs de la visite du ministre de l'Action et des Comptes publics ce mardi matin à Strasbourg.
 

 
Le ministre Gérald Darmanin a assisté à un contrôle douanier mardi matin au Pont de l'Europe,
Gérald Darmanin était donc sur le pont, dans tous les sens du terme.

Mardi, il a assisté à un contrôle douanier mis en scène au débouché du pont de l'Europe, côté français. Puis à un contrôle dans un tram venant de Kehl, en restant sur le quai pendant que les fonctionnaires effectuaient quelques fouilles, dans une rame étonnée par l'agitation matinale et un départ qui tarde.
« Le plus gros traficvient des pays extracommunautaires »

Les explications lui étaient données par Christine Dirringer, la directrice régionale des douanes à Strasbourg. Elle a notamment rappelé la prise récente de 4,5 tonnes de tabac à narguilé.

« Cigarettes, mais pas que... stupéfiants, armes, munitions, contrefaçons. » Les douaniers cherchent tous azimuts, aidés par Jed, le chien renifleur particulièrement entraîné à détecter des stupéfiants.

Les agents du ministère des Finances fouillent un camion chargé de palettes destinées à l'industrie automobile, ouvrent un paquet adressé par Amazon à un particulier, déballent la valise d'un automobiliste qui rend visite à sa femme hospitalisée...

Gérald Darmanin fait le tour des zones frontalières de France. S'il constate que les saisies de tabac de contrebande ont progressé de 78% - passant de 180 à 250 tonnes depuis le début de l'année -, le ministre plaide pour « une fiscalité commune sur le tabac à l'échelle européenne ».

Le gouvernement travaille à une directive européenne. Mais il ne s'agirait que d'une réponse partielle dans la mesure où « le plus gros trafic vient des pays extracommunautaires ».

Accompagné par Philippe Coy, le président de la confédération des buralistes de France, le ministre s'est ensuite rendu au débit de tabac de la Musau, pour y rencontrer autour d'un café, les représentants locaux de la profession. « Nous aidons les buralistes à se transformer , explique le ministre, ancien maire de Tourcoing, passé de LR à La République en marche. Le débit de tabac est un lieu de proximité et les buralistes sont des commerçants polyvalents. »
F. BY