Dossier Collectivités « La nature même du maire est de rassembler »

Publié dans le panorama le Mercredi 09 octobre 2019 à 05:54:13

© L'alsace, Mercredi le 09 Octobre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Dossier Collectivités « La nature même du maire est de rassembler »
 

 
Photo Philippe Dobrowolska
Les maires sont les élus les plus populaires mais de moins en moins. Cette défiance vous inquiète ?
Bien sûr mais nous revenons de loin. Il y a cinq ou six ans le message largement diffusé était que les élus locaux ne servaient pas à grand-chose, qu'ils aimaient les cocktails et les honneurs, qu'ils faisaient des ronds-points qui coûtaient cher, et qu'il fallait fusionner les communes. La restauration de la place du maire comme pilier de la république est une réalité et le maire est aujourd'hui le seul élu à être vu en positif.
La plupart des maires politisés ne vont pas mettre leur étiquette partisane en avant lors des municipales. Pourquoi ?

S'il y a bien quelqu'un qui s'élève au-dessus de sa condition partisane, c'est le maire. J'ai à Troyes comme maire-adjoint à l'environnement l'ancienne tête de liste socialiste qui était contre moi lors de ma deuxième candidature. J'ai aussi l'ancienne porte-parole des verts dans mon équipe municipale. On a su travailler ensemble même si personne ne conteste le fait que je sois un élu LR.

Tous les maires ont cette approche. Ils veulent bâtir une équipe qui ressemble à leur ville. La nature même du maire est de rassembler et d'oublier son engagement militant. Il y a des sujets de débats mais cela n'empêche pas de définir un consensus.
78 % des Français sont hostiles au cumul des mandats. Vous êtes pour. L'opinion des Français vous fait douter ?

Non, je n'ai pas changé d'avis. Il y a une grande confusion entre cumul des mandats et cumul des rémunérations Il y a le sentiment dans la population que la soupe est bonne et que tout le monde s'en met plein les poches. Si on demandait aux gens si les élus doivent payer pour exercer des mandats, 98 % diraient oui !

Le cumul des mandats était un moyen pour les territoires d'avoir des représentants au Parlement et de peser dans les débats. Les maires ont l'habitude du consensus et étaient d'excellents législateurs. Cela manque aujourd'hui.
Êtes-vous favorable au non-cumul des mandats dans le temps ?

Là encore il faut faire confiance au peuple. Encadrer dans le temps ce n'est pas faire confiance aux gens. Chaque fois que j'ai été élu, je n'ai pas fait de hold-up. Je n'ai pas été élu par surprise.