Protestation chez les travailleurs sociaux

Publié dans le panorama le Mercredi 09 octobre 2019 à 05:45:15

© Dna, Mercredi le 09 Octobre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Social  Acces
Protestation chez les travailleurs sociaux
Solidaire du mouvement social et de la mobilisation nationale dans les Ehpad, les travailleurs sociaux de l'association Acces du Haut-Rhin ont débrayé de 8 h à 10 h ce mardi 8 octobre, à l'appel de la CFDT. Ils se sont retrouvés au siège, rue des Chaudronniers à Mulhouse.
 

 
Au siège de l'association Acces du Haut-Rhin, des salariés ont débrayé hier matin de 8 h à 10 h, dans le cadre d'un mouvement de grève des travailleurs sociaux.
Une trentaine de travailleurs sociaux de l'Association chrétienne de coordination, d'entraide et de solidarité (Acces) ont répondu, ce mardi 8 octobre, à l'appel du syndicat CFDT. Cette structure se consacre à l'action sociale depuis sa création. « Nous nous joignons au mouvement national de grève dans les Ehpad [établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes]. Dans le social, nous sommes aussi un secteur sinistré. Avec l'accueil des migrants, nous faisons de l'humanitaire, même si ce n'est pas notre mission », indique Claudine Da Silva, déléguée syndicale CFDT.

L'association Acces répond pour tout le Haut-Rhin à tous les appels du 115, pour les personnes sans domicile fixe. « Actuellement, nous avons 90 personnes dans la rue et la période hivernale ne débute qu'en novembre. Cent soixante sont logés dans des hôtels, dont 69 enfants. » Les salariés demandent des postes de travail supplémentaires et la reconnaissance de leurs métiers.

Ce mouvement de grève a été soutenu par le président de l'association, Jean-Marc Bellefleur, et son directeur, Raymond Kohler. Ce dernier insiste sur le manque d'hébergements. « Je déplore qu'il nous faille trop souvent répondre non, par manque de moyens. »

Parmi les personnes présentes mardi matin, Nina et Estelle, qui travaillent au standard et sont confrontées tous les jours à des appels de détresse. Catherine, en charge des mineurs non accompagnés, rapporte : « J'ai commencé ma mission en 2012 avec 19 jeunes. Aujourd'hui, ils sont 90, tous âgés de 16 à 18 ans. » Toutes les personnes présentes adhèrent au mot d'ordre « Je fais mon job, respectez-moi » inscrit sur leur banderole.
Sabine HARTMANN