FERRETTE La rentrée au collège : L'accueil des élèves allophones renforcé

Publié dans le panorama le Mercredi 11 septembre 2019 à 06:00:53

© Dna, Mercredi le 11 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

FERRETTE La rentrée au collège
FERRETTE La rentrée au collège : L'accueil des élèves allophones renforcé
Le collège de Ferrette a ouvert à la rentrée une structure spécifique accueillant au total seize élèves allophones, c'est-à-dire arrivant dans notre pays et ne maîtrisant pas la langue française. En cours de réalisation, un pôle de salles favorisant l'autonomie des élèves dont un lieu d'art et de culture (LAC).

 
Dans l'une des cours du collège, les élèves ont demandé l'installation de bancs et bacs à fleurs qui doivent encore être garnis. De g. à d. Patrick Dusé, conseiller principal d'éducation, Stéphanie Riefflin, nouvelle gestionnaire, Michel Millet, principal dont c'est la 6e rentrée, Laurence Rouzaud, principale adjointe, et Ursula Barthoulot, nouvelle secrétaire administrative.
Officiellement, on parle de l'ouverture d'une « demi-structure » UP2A, soit une « unité pédagogique pour élèves allophones arrivants », un projet préparé en amont, dès l'année dernière, avec la formation d'un noyau de professeurs volontaires. Seize élèves sont accueillis dans ce dispositif. « Ce ne sont pas uniquement des enfants du centre d'accueil des demandeurs d'asile », précise Michel Millet, principal du collège.

Concrètement, ces enfants sont intégrés dans les différents niveaux, de la sixième à la troisième, selon leur âge, après avoir passé un test au centre d'information et d'orientation d'Altkirch dans leur langue maternelle et avoir rencontré un psychologue de l'Éducation nationale. « C'est sûr qu'il y a parfois un grand écart entre eux, certains n'ont jamais été à l'école, ne connaissent pas les codes, ils découvrent tout. D'autres n'ont aucun problème de ce genre », remarque Laurence Rouzaud, la principale adjointe qui suit particulièrement ce projet.

Auparavant, le collège ne bénéficiait que de quatre heures hebdomadaires pour une prise en charge spécifique des élèves allophones. Cette année, l'UP2A permet de leur consacrer onze heures par semaine, « une augmentation quantitative et qualitative avec un programme structuré », précise Michel Millet. Concrètement, ils sont rassemblés dans une seule classe par niveau, suivent tous les matins un enseignement de français langue seconde de scolarisation dans une salle dédiée avec des équipements pédagogiques adaptés, et l'après-midi, suivent les cours classiques dans leurs classes respectives.

Selon la volonté de l'établissement, c'est une équipe « dynamique » de plusieurs professeurs du collège qui prend en charge l'UP2A, un professeur de français coordonnateur, un professeur de sciences, deux professeurs d'histoire-géographie et un professeur d'arts plastiques. « Ils ont suivi l'an dernier une formation d'initiative locale pour avoir des outils, une formation qui a également été suivie par des professeurs du collège d'Altkirch », souligne la principale adjointe. Le collège travaille évidemment aussi en partenariat avec Adoma, qui gère le centre de demandeurs d'asile de Ferrette, et l'association « Voisins d'ailleurs ».

Au-delà de la stricte intégration dans le cursus scolaire de ces élèves allophones, l'établissement se pose aussi la question du type d'accompagnement qu'il pourrait proposer à ceux qui ont vécu de lourds traumatismes.
Un dispositif à pérenniser...

En tout cas, Michel Millet espère la pérennisation du dispositif sur la durée « pour ne pas construire sur du sable » et souligne l'aide apportée par Pauline Dietrich, chargée de mission du centre académique pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (CASNAV).

C'est aussi l'occasion au collège de développer la question des migrations, qui est d'ailleurs au programme des classes de quatrième « et au-delà encore, de faire connaître et respecter ces élèves allophones, leur acceptation et leur intégration dans le cadre du parcours citoyen ». Une conférence est ainsi organisée le 27 septembre prochain pour les 4e dans la journée ainsi qu'en soirée, ouverte à tous les publics. Elle est intitulée « Les mobilités humaines, un monde de migrants » et sera animée par Pierre Freyburger, Eric Chabauty et Luc Georges, auteurs des ouvrages 7 jours à Calais et La dérive des continents, des enquêtes sur la situation des migrants dans la ville de Calais et sur la politique migratoire de l'Union européenne.
Noëlle BLIND-GANDER Vendredi 27 septembre, conférence tout public sur « Les mobilités humaines, un monde de migrants », à 18 h, au collège de Ferrette, 2 rue Alphonse-Jenn. Entrée libre, sur inscription. Courriel : 0680014w@ac-strasbourg.fr Tél. 03 89 08 23 30.

Vendredi 27 septembre, conférence tout public sur « Les mobilités humaines, un monde de migrants », à 18 h, au collège de Ferrette, 2 rue Alphonse-Jenn. Entrée libre, sur inscription. Courriel : 0680014w@ac-strasbourg.fr Tél. 03 89 08 23 30.