COLMAR Conservatoire à rayonnement départemental : Une rentrée pas comme les autres

Publié dans le panorama le Jeudi 05 septembre 2019 à 06:39:40

© Dna, Jeudi le 05 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Culture Conservatoire à rayonnement départemental
COLMAR Conservatoire à rayonnement départemental : Une rentrée pas comme les autres
A six jours de la rentrée du conservatoire de Colmar, l'adjointe à la culture Cécile Striebig-Thevenin et le directeur général des services, Yannick Klein, ont tenu une conférence de presse afin d'évoquer l'actualité de l'établissement dont la gouvernance a connu de sérieux remous ces derniers mois.

 
Les huit nouveaux enseignants du conservatoire.
Une direction inchangéepour cette rentrée
Le premier jury de recrutement d'un directeur en remplacement d'Hélène Sanglier ayant été infructueux, c'est l'équipe en place depuis avril qui est aux commandes de cette rentrée 2019 du conservatoire. Cadre du service culturel de la ville, Françoise Guillon-Fontaine continue de faire office de directrice, secondée par Hélène Sanglier, désormais directrice adjointe (mais toujours absente).

Elle est entourée dans sa mission par un collège de trois professeurs bénévoles (Philippe Spannagel, professeur de trombone, Giulio Rubino, professeur de contrebasse, et Claude Sauret, professeur de formation musicale), équipe qui devrait être renforcée par une quatrième personne, Anne-Marie Bastian, professeure de flûte à bec.

Pendant cette phase de transition, l'adjointe à la culture Cécile Striebig, le directeur général des services Yannick Klein, ainsi que la directrice des ressources humaines Estelle Robert-Munsch, seront également toujours présents.
Un mouton à cinq pattes ?

Un deuxième jury se tiendra à une date pour l'instant indéterminée, à partir de la mi-septembre. Sur sept candidats, deux ont été « short-listés ». Cécile Striebig a insisté sur le fait que le conservatoire, qui a traversé, et traverse toujours, une période troublée, a besoin de trouver un directeur ou une directrice aux épaules particulièrement solides.

« Le tempérament et la personnalité sont des données fondamentales pour ce poste. Nous avons besoin de quelqu'un qui soit un bon gestionnaire et ait un bon relationnel afin d'apaiser les tensions. »

L'équipe de direction constituée en avril a effectué un travail de remise à plat afin de mettre fin à un certain nombre de dysfonctionnements dans la gestion de l'établissement. « Nous sommes actuellement dans l'écriture des règles et des procédures afin de sortir de la tradition orale et des règles qui changent tous les jours, créant un sentiment d'iniquité qui est à l'origine de nombre de dissensions. »

Le directeur général des services, Yannick Klein, a pointé la difficulté de trouver la personne idoine pour ce type de poste : « Il faut à la fois être musicien, savoir manager des équipes, gérer un établissement, coordonner, ce n'est pas simple. » « Peut-être recherchons-nous le mouton à cinq pattes », a ajouté en plaisantant Cécile Striebig.
Quid des trois orchestres ?

Deux des trois professeurs dirigeant un orchestre ont quitté le conservatoire. Catherine Baert, qui dirigeait l'orchestre des enfants a demandé une mutation dans un autre conservatoire. Et Simon Rigaudeau, chef de l'orchestre symphonique, n'a pas été reconduit à son poste, bien qu'étant le seul professeur du conservatoire de Colmar à être titulaire du diplôme de direction d'orchestre. Stéphane Cattez reste à la tête de l'orchestre des jeunes.

Yannick Klein justifie la non-reconduction de Simon Rigaudeau, par une présence physique insuffisante au conservatoire. « Pour diriger un orchestre, il faut beaucoup d'échanges avec les professeurs qui forment les élèves des différents pupitres. Or Simon Rigaudeau n'était là que deux à trois heures par semaine », explique le DGS.

C'est Stéphane Cattez qui lui succède « par intérim, de manière transitoire ». En effet, Cécile Striebig estime que le ou la futur(e) directeur (trice) pourrait vouloir diriger cet orchestre, « comme le faisait Eugène Maegey (directeur du conservatoire de 1984 à 2014 NDLR). » La direction n'a pas voulu attendre de connaître les intentions de la future nouvelle direction, pour ne pas s'engager une année supplémentaire avec Simon Rigaudeau.

Concernant l'orchestre des enfants, l'ancien professeur de percussions, François Hagenmuller était pressenti. Il s'était même investi pendant plusieurs mois auprès de Catherine Baert, pour assurer une transition en douceur. Mais lui non plus n'a pas été reconduit, ne possédant pas le diplôme de professeur (PEA) mais seulement celui d'assistant. C'est Julien Murschel, professeur de tuba et d'euphonium qui prend en main cet orchestre.

« Nous avons lancé, en juin, un appel à candidature pour tous les orchestres et ensemble. Tous les professeurs étaient libres de postuler », précise Yannick Klein.
Le devenir de la classede direction de choeur

La classe de direction de choeur du cycle à orientation professionnelle (COP), comprenant huit élèves, risque de disparaître du conservatoire de Colmar. Cette classe est habituellement prise en charge par Catherine Fender, qui a demandé une année de disponibilité.

Or, la professeure qui la remplace, Marie des Neiges Nonnet, n'a pas le diplôme (PEA) nécessaire pour enseigner à des élèves en COP. « Catherine Fender a proposé des pistes pour son remplacement, mais on s'est retrouvé dans une impasse. Sa demande de disponibilité a été assez tardive », explique Cécile Striebig. Pour Yannick Klein, les professeurs pressentis « ne sont pas intéressés par un remplacement d'une année. » L'autre option était de signer une convention avec le conservatoire de Strasbourg. « Le directeur a proposé à la place que ces élèves passent le concours d'entrée du conservatoire de Strasbourg. C'est ce que nous leur avons suggéré de faire, en espérant qu'ils soient reçus. »
Les nouveaux professeurs

Huit nouveaux professeurs et un nouvel agent administratif rejoignent le conservatoire. Quatre de ces professeurs sont titulaires du PEA (diplôme de professeur d'enseignement artistique). Alexandre Lacour, un professeur parisien, enseignera le violoncelle. Alors qu'initialement, l'appel à candidature sur ce pupitre portait sur 8 ou 12 heures, « il aura 16 heures d'enseignement car il entraîne dans son sillage des élèves de cycle à orientation professionnelle », indique Cécile Striebig. Bernard Lesage prend en main la classe de percussions, que Norbert Jensen quittera le 1er octobre, pour prendre sa retraite.

Carlotta Paolacci succède à Catherine Baert pour la flûte traversière. Élisabeth Mulhmeyer remplace François Février en formation musicale. Julien Freymuth succède à Marie Saint-Martin, comme responsable de la classe de pré-maîtrise. Marie des Neiges Nonnet remplace Catherine Fender à la direction des différents choeurs durant son année de disponibilité.

Daisy Dugardin renforce le pupitre de clarinettes, et Christophe Oury remplace Hugo Degor à l'enseignement de l'accordéon. « Quand un titulaire se présente sur un poste nous avons l'obligation de le recruter en priorité », rappelle Yannick Klein pour expliquer le remplacement, non annoncé, d'Hugo Degor qui n'était pas titulaire. La classe d'accordéon, ouverte il y a trois ans, compte une poignée d'élèves.
Pas encore de nouvelle direction à la Maîtrisede garçons

L'ancienne directrice Arlette Steyer a repris du service, de façon transitoire, à la direction de la Maîtrise, en attendant le (la) successeur(e) de Luciano Bibiloni, qui a souhaité quitter ce poste. « Elle veut rester le moins longtemps possible et ne veut pas donner de concert », précise Cécile Striebig, en saluant « son implication. » Quatre candidats sont en lice. Un nouveau jury se réunira pour trancher après « une mise en situation devant les élèves. »
La rentrée un mardi

La rentrée des élèves du conservatoire a été fixée au mardi 10 septembre. Certains usagers, dont les cours tombent le lundi le regrettent. « On perd un cours par rapport aux autres élèves », disent-ils. « On voulait faire la rentrée le plus tôt possible, mais des ajustements sont toujours nécessaires, après la rentrée scolaire. Des réunions sont encore prévues lundi. L'an dernier, la rentrée avait eu lieu une semaine plus tard », explique Cécile Striebig.
Véronique BERKANIet Valérie FREUND