Thann Tribunal d'instance : Le juge quitte ses fonctions

Publié dans le panorama le Jeudi 05 septembre 2019 à 06:27:01

© Dna, Jeudi le 05 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Thann Tribunal d'instance
Thann Tribunal d'instance : Le juge quitte ses fonctions
Président du tribunal d'instance de Thann pendant deux ans, Jean-Luc Frey vient de quitter son poste pour faire sa rentrée à la cour d'appel de Colmar. Une évolution dans la carrière de cet Alsacien « de coeur et de souche » au parcours atypique.

 
Jean-Luc Frey, le président du tribunal d'instance de Thann, classait ses derniers dossiers vendredi dernier.
Le lieu, les fonctions et même la tenue ont changé. Ce lundi, c'est vêtu de sa nouvelle robe rouge - et non plus noire - que Jean-Luc Frey a fait sa rentrée de vice-président à la cour d'appel de Colmar. Après deux années passées dans la vallée de la Thur, le juge d'instance et président du tribunal d'instance (TI) de Thann change de voie. « C'est une évolution et l'occasion de voir autre chose, de changer un peu », commente, souriant, le magistrat.
Ancien juge des enfants

Jean-Luc Frey quitte un secteur qu'il connaissait pourtant bien. Le juge de 50 ans a en effet commencé sa carrière dans une cour d'école... thannoise. « Je suis issu de la fonction publique et je travaillais en classe Segpa au collège Walch, se souvient-il. Je n'ai pas fait le circuit classique. » Ce n'est qu'après cette première vie professionnelle dans l'Éducation nationale qu'il décide de se lancer dans des études de droit.

À Grenoble d'abord pour son master, puis à Bordeaux, à l'École nationale de la magistrature, avant d'occuper son premier poste de juge des enfants à Metz. « Ça a duré deux ans, puis j'ai été pendant deux ans juge des enfants et quatre ans juge d'instance à Mulhouse ; ensuite, j'ai été vice-président de la chambre correctionnelle de Belfort avant de devenir président du tribunal d'instance de Thann », précise-t-il. C'est un « juge placé » - qui assure des remplacements - qui occupera son siège jusqu'en janvier et la mise en place de la réforme de la justice.
Une juridiction « précieuse »

L'Alsacien « de coeur et de souche », comme il se décrit, accorde une attention particulière au tribunal thannois où il a travaillé ces deux dernières années. « Je trouve que ces juridictions de proximité comme Thann sont précieuses pour avoir la connaissance de la société qui nous entoure. » Du droit du surendettement à la consommation en passant par la protection des majeurs (mise sous tutelle), le droit local, la succession ou l'exécution foncière, le tribunal d'instance se veut « très vaste ».

Surtout, dans ce tribunal qui est une antenne du tribunal de grande instance (TGI) de Mulhouse -, il était seul juge. « À Colmar, ce n'est pas du tout le même travail. Ici, on décide seul, alors qu'à la cour d'appel, on traite les dossiers en collégialité, nous sommes trois juges à prendre une décision. »

S'il garde de « bons souvenirs » de ce passage au TI, le magistrat n'en oublie pas pour autant les « douloureux » arbitrages qu'il a dû rendre, notamment dans les dossiers de litiges entre propriétaires et locataires. « Le TI est une juridiction agréable, car elle est petite, conclut-il, quelque peu nostalgique. On a encore des gens qui viennent à l'audience s'expliquer avec leurs mots, sans avocat, et ça, ça fait son charme. »
Morgane SCHERTZINGER

 

 
 

 

Thann, tribunal de proximité ?
Au 1er janvier 2020, le tribunal d'instance de Thann devrait disparaître pour devenir un tribunal de proximité. C'est du moins, sur le papier, ce que dit la réforme de la justice. « Il y aura toujours ce bâtiment et - a priori -- les mêmes contentieux qui seront traités », note le juge Jean-Luc Frey, quelque peu incertain. Le tribunal de proximité thannois sera alors une « chambre détachée du tribunal judiciaire de Mulhouse ». Un changement que regrette le magistrat : « On s'occupe beaucoup de gens sous tutelle ici. Je les rencontre dans mon bureau, personnellement. Ces publics ont besoin d'accéder aux juges. Parfois, on a du mal à faire venir des gens à l'audience. L'accueil et la proximité sont donc précieux. »