Colmar Une conférence de Freddy Raphaël : « Le judaïsme, inscrit dans la mémoire collective alsacienne »

Publié dans le panorama le Jeudi 05 septembre 2019 à 06:24:29

© Dna, Jeudi le 05 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Colmar  Une conférence de Freddy Raphaël
Colmar Une conférence de Freddy Raphaël : « Le judaïsme, inscrit dans la mémoire collective alsacienne »
Le thème de la quinzaine européenne 2019 de la culture et du patrimoine juifs, dont c'est la 20e édition, est la transmission. Et nul ne pouvait mieux que le professeur Freddy Raphaël s'exprimer sur ce sujet, devant la cinquantaine de visiteurs de la synagogue de Colmar dimanche dernier.

 
Le professeur Freddy Raphaël accueilli à la synagogue de Colmar par le Grand Rabbin Claude Yaacov Fhima.
Le Grand Rabbin de Colmar Claude Yaacov Fhima a introduit sa conférence en soulignant qu'il était « un savant incontournable sur le judaïsme alsacien » mais aussi qu'il est « un amoureux de l'Alsace ».

Pour Freddy Raphaël, le judaïsme est profondément inscrit dans la mémoire collective alsacienne et les traces sont nombreuses, mais on ne peut pas parler d'enracinement car il puise ses racines dans un passé plus lointain ; un antisémite est appelé un « titus » par référence à l'empereur romain du Premier siècle qui persécuta les juifs. De plus, dans le judaïsme, la loi divine doit être interprétée par les hommes en fonction des questions qui se posent dans le moment : « La loi a été donnée aux hommes pour qu'ils la reformulent en fonction des valeurs du judaïsme qui a vocation à enrichir le monde en s'appuyant sur elles : transmettre, ce n'est pas figer, mais c'est savoir innover. C'est un héritage qui nous responsabilise ».

En ce qui concerne la tragédie de la Shoah (et ses conséquences comme la quasi-disparition du judaïsme rural jadis si important en Alsace), il ne faut pas les oublier dans la transmission mais pas non plus enfermer le judaïsme alsacien dans la victimisation et dans cette période. Il faut en valoriser la créativité : il est nécessaire de garder en mémoire par exemple le fait que le yiddish alsacien, dont on trouve des traces au XIe siècle, est l'ancêtre des autres yiddish. Il y a aussi la nature plus paisible de la relation à Dieu dans le judaïsme alsacien par rapport à d'autres judaïsmes européens, la spécificité d'un goût de l'étude qui ne débouche pas sur des certitudes. Et il y a de grands auteurs tels Claude Vigée (Bischwiller 1921), Daniel Stauben (Wintzenheim 1822- Paris 1875), Maxime Alexandre (Wolfisheim 1899- Strasbourg 1976), sans oublier la cuisine judéo alsacienne.
Dimanche prochain, deuxième partie de cette quinzaine : de nouveau portes ouvertes de 14h à 18 h avec visites guidées, avec à 16 h un concert de musique klezmer. Pour en savoir plus : www.jecpj-france.com

Dimanche prochain, deuxième partie de cette quinzaine : de nouveau portes ouvertes de 14h à 18 h avec visites guidées, avec à 16 h un concert de musique klezmer. Pour en savoir plus : www.jecpj-france.com

 
 

 

Qui est Freddy Raphaël ?
Né à Colmar voici 83 ans, il a un parcours universitaire d'angliciste puis d'historien et de sociologue qui l'a conduit à devenir doyen de la faculté des Sciences sociales de l'Université de Strasbourg ; il a entre autres dirigé le laboratoire de sociologie de la culture et publié de nombreux ouvrages de recherche et de vulgarisation sur le judaïsme. Le dernier d'entre eux « Les Juifs d'Alsace et de Lorraine de 1870 à nos jours » est paru aux éditions Albin Michel.