La reprise économique tacle les employeurs viticoles

Publié dans le panorama le Jeudi 05 septembre 2019 à 06:18:38

© L'alsace, Jeudi le 05 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
La reprise économique tacle les employeurs viticoles
 

 
Les candidats à manier le sécateur se font rares. DR
Le nombre de postes de vendangeurs proposés par les entreprises viticoles alsaciennes s'établit à 2 060. « C'est la situation d'aujourd'hui », précise François Picard, directeur de l'agence Pôle Emploi Colmar-Lacare, qui pilote la cellule Alsace Vendanges.

Le dispositif, né d'un partenariat entre la MSA, l'Ava (Association des viticulteurs d'Alsace) et Pôle Emploi, a été activé le 21 août. Pour l'heure, 1 236 candidats sont sur les rangs. « Si l'on compare aux années précédentes, il y a nettement moins de candidats dans le Centre Alsace qui comprend les bassins de Sélestat, Colmar et Guebwiller. » Les jeunes candidats à couper les raisins ou porter une hotte se font plus rares aussi, un constat à relier avec « une nette baisse » des inscriptions des demandeurs d'emploi.

L'agence de Pôle Emploi de Colmar-Neuf-Brisach gère les dossiers de 13 690 demandeurs d'emploi (au 30 juin) et 41 % d'entre eux jouissent d'une activité, un chiffre jugé « haut. Depuis deux ans, on assiste à une reprise de l'activité économique », d'où les difficultés de recrutement. L'application pour mobile baptisée « Maintenant ! » et proposée par Pôle Emploi permet aux employeurs de se mettre en relation rapide avec des candidats. La cellule Alsace Vendanges en dispose et table sur « la montée en fréquentation » de l'appli.

Daniel Kadur, patron de l'agence intérimaire FlexiWork, basée à Wintzenheim, expérimente depuis 2017 un service aux employeurs baptisé « SOS Vendangeurs ». Une quinzaine de domaines viticoles de la région colmarienne se sont adressés à FlexiWork et une douzaine de vendangeurs ont commencé une mission intérimaire depuis ce mercredi. « Les étudiants se font très rares, alors que les personnes d'un certain âge recherchant un salaire d'appoint sont en majorité parmi les candidats », remarque Daniel Kadur qui espère recruter au final au moins une cinquantaine de vendangeurs, contre la moitié l'an passé. « Il y a une pénurie de main-d'oeuvre », admet-il. « La précarité de ces petits boulots dont le temps de travail est fractionné » rend le recrutement compliqué.
J. D. K. CONTACTER Cellule AlsaceVendanges, ? 03.89.20.80.70.