Rentrée tendue à Wolfgantzen

Publié dans le panorama le Mardi 03 septembre 2019 à 06:25:23

© L'alsace, Mardi le 03 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Rentrée tendue à Wolfgantzen
 

 
L'un des points de crispation entre les deux communes : les travaux de rénovation de l'école élémentaire de Wolfgantzen, qui auraient dû être achevés pour la rentrée, se poursuivront jusqu'à mi-septembre. En attendant, les élèves ont été installés dans la salle polyvalente. Photo DNA/Laurent HABERSETZER  
Ce lundi matin, la maire de Weckolsheim Arlette Bradat était dans le bus scolaire avec son adjointe Véronique Schubnel et quatre élèves de sa commune (sur neuf, plusieurs parents ayant fait le déplacement en ce jour particulier) afin de marquer son soutien aux parents et aux enfants qui depuis mai s'opposent à la fermeture de la classe monolingue de leur commune. Photo L'Alsace /Mireille HEITZ

L'ambiance n'était pas des plus sereines ce lundi matin lors de la rentrée scolaire à l'école élémentaire Louis Hoffert de Wolfgantzen. En cause, la décision de l'Éducation nationale de délocaliser la classe monolingue de Weckolsheim dans la commune voisine de Wolfgantzen. Lors de cette annonce début mai, les élus et les parents d'élèves de Weckolsheim s'étaient mobilisés afin de défendre le maintien de la classe, en vain. De nombreux élus avaient alors pris fait et cause pour Weckolsheim, à l'exception de François Koeberlé, maire de Wolfgantzen. « J'ai vite compris que M. Koeberlé roulait pour l'Académie », indique la maire de Weckolsheim, Arlette Bradat. « Il a tout de suite dit qu'il n'y avait aucun problème pour accueillir nos élèves chez lui. »

Depuis, les relations entre les édiles se sont tendues, et ce lundi matin, l'échange était peu amène entre les deux élus qui peinent à communiquer. François Koeberlé se plaint notamment de ne pas avoir été averti par son homologue de la dénonciation de la convention qui la liait à la Fédération départementale des foyers-clubs d'Alsace, ainsi que de la création d'un périscolaire et d'une cantine à Weckolsheim même. « Je n'ai été avisé de rien, Mme Bradat n'a même pas eu la correction de m'avertir », s'exclame-t-il. Quant à Arlette Bradat, elle déplore de n'avoir reçu aucun soutien du maire de Wolfgantzen dans son bras de fer avec l'Éducation nationale et explique qu'elle s'est retrouvée face à un problème insoluble : « Budgétairement, je ne pouvais pas y arriver. Weckolsheim ne pouvait pas payer à la fois le transport des élèves pour qu'ils continuent à fréquenter la cantine de Wolfgantzen, notre contribution au périscolaire dans le cadre du RPI, plus le transport scolaire des élèves monolingues et un accompagnateur. Nous avons donc décidé de créer un périscolaire communal comportant une cantine et une garderie à midi et de 16 à 18 h 30. » Les investissements n'ont pas été lourds, une cuisine ayant été créée lors de la rénovation de l'établissement en 2004. Cette nouvelle organisation permettra une économie de 24 000 EUR. Le bus qui effectue deux allers-retours quotidiens quatre fois par semaine doit être financé par la Région Grand Est à hauteur de 66 %.
Deux classes dans une salle polyvalente

Mais en ce jour de rentrée, la maire de Weckolsheim Arlette Bradat, est d'autant plus remontée que les travaux de rénovation de l'école de Wolfgantzen, qui auraient dû s'achever fin août, ont accumulé une quinzaine de jours de retard. En attendant, les deux classes de CP-CE1-CE2 (23 élèves) et CE2-CM1-CM2 (26 élèves) ont été installées dans la salle polyvalente qui jouxte l'école. « Les associations ne se serviront pas de la salle le temps de la fin des travaux, le bâtiment est entièrement dédié aux élèves », précise François Koeberlé.

Initialement, 15 élèves de Weckolsheim devaient faire leur rentrée en classe monolingue. Finalement, ils ne sont que neuf. Ne souhaitant pas scolariser leurs enfants à Wolfgantzen, certains parents les ont inscrits en section bilingue, quand d'autres ont opté pour le secteur privé.

Une seule élève de Weckolsheim est à ce jour inscrite au périscolaire de Wolfgantzen le mercredi. Deux autres enfants pourraient la rejoindre.
Véronique BERKANI avec M. H.