« L'enseignement spécialisé va devenir la norme »

Publié dans le panorama le Mardi 03 septembre 2019 à 06:10:04

© L'alsace, Mardi le 03 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
« L'enseignement spécialisé va devenir la norme »
 

 
Daniel Finck, directeur de l'Itep La Forge à Wintzenheim, qui accueille 75 enfants de 7 à 16 ans présentant des troubles du comportement. Photo L'Alsace /Vanessa MEYER
Les enfants présentant des handicaps sont de mieux en mieux intégrés à l'école depuis la loi pour l'égalité des chances de 2005. Rien qu'à l'Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (Itep) de La Forge, à Wintzenheim, le nombre d'enfants scolarisés au sein d'une classe dite ordinaire, est passé de 7 en 2008 à 42 en 2018. « Ils ne passent pas forcément toute l'année à l'école, parfois c'est pour trois heures, parfois pour quelques heures par semaine... », précise Daniel Finck, directeur de La Forge.

Pour en arriver à ce résultat, l'école n'a pas été la seule à devoir s'adapter. La manière d'enseigner à l'Itep a été totalement revue : les classes se font par niveau et sont à géométrie variable, pour pouvoir libérer un enfant le temps de son inclusion dans une école ordinaire. « En classe, on aura par exemple X élèves le matin, et Y l'après-midi, car certains sont en inclu-sion. Avant, on les avait en continu. » L'inclusion, avec son lot d'aller-retour vers les établissements scolaires ou vers la cantine, suppose également une flexibilité de tous les 48 personnels de La Forge, qui doivent gérer la logistique de A à Z, à moyens constants.
« Retrouver sa place »

Ce volontarisme est récompensé, estime Daniel Finck. Quand un enfant de l'Itep « sort du champ du handicap et rejoint un collège après avoir passé deux ans chez nous. C'est notre mission, que ces enfants retrouvent une réelle place, parce qu'ils en souffrent de cette exclusion. »

« Avant, l'enseignement spécialisé était vu comme un monde à part où l'ordinaire envoyait ses enfants difficiles. Dans l'école inclusive, il y a l'idée que ces deux mondes ne font plus qu'un », analyse Daniel Finck, qui pense qu'à terme, « l'enseignement spécialisé va devenir la norme ». Derrière cette citation choc se cache un changement de paradigme qui traverse tout l'enseignement depuis une dizaine d'années : la personnalisation du parcours de l'élève. Cette personnalisation implique que les structures s'adaptent aux élèves et non l'inverse.
Marie-Lise PERRIN