Guebwiller Domaines Schlumberger : Les vendanges, c'est imminent !

Publié dans le panorama le Mardi 03 septembre 2019 à 05:54:34

© Dna, Mardi le 03 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Guebwiller  Domaines Schlumberger
Guebwiller Domaines Schlumberger : Les vendanges, c'est imminent !
Les Domaines Schlumberger ont accueilli jeudi soir la réunion de rentrée de la sous-région viticole de Guebwiller de l'AVA, l'association des viticulteurs d'Alsace.

 
Marianne Grunenwald, conseillère viticole à la Chambre d'agriculture d'Alsace, lors de son intervention.
À quelques jours du début des vendanges, la préoccupation majeure des participants de cette rencontre des producteurs viticoles, exerçant leur art dans le secteur sud du vignoble alsacien, entre Thann et les portes de Colmar, était évidemment professionnelle, même si l'affluence inhabituelle (plus de 70 personnes, soit le double des réunions similaires les années précédentes) dénote peut-être aussi une envie de découvrir les nouvelles installations commerciales d'une des maisons les plus réputées d'Alsace.

Président de la sous-région, Jean-Luc Galliath a fait un rapide retour sur la campagne 2018, qui, à tous points de vue, a été une grande année sur l'ensemble du vignoble alsacien ; une production exceptionnelle en quantité avec 1,180 million de hl, en augmentation de 30 % (29,3 % pour la sous-région) par rapport à l'année précédente et de 15 % sur la moyenne à trois ans ; le volume des grands crus est stable avec 43 500hl, les crémants en hausse à 309 000 hl (18,9 %). Ombre au tableau, la commercialisation est paradoxalement en baisse, avec 913 950 hl sur un an à fin mai, soit -3,1 % et même -5,2 % sur trois ans ; « une conséquence, pour le président, de la faible récolte de 2017, et donc la perte, quelquefois définitive, de certains marchés par manque de disponibilités... alors qu'aujourd'hui nous avons beaucoup de stock en caves ». La crainte, pour certains participants, est que l'INAO (Institut national de l'origine et de la qualité), à l'issue d'une rencontre à Colmar avec l'ensemble des professionnels de la filière le 2 septembre, ne décide, contre l'avis de l'AVA, une baisse des rendements, «... certainement pas la meilleure des solutions », rappelle Jean-Luc Galliath.

Si la récolte imminente sera quantitativement en baisse en comparaison de 2018, elle est annoncée, par l'ensemble des quatorze syndicats viticoles de la sous-région, comme normale en terme sanitaire, avec toutefois une grande hétérogénéité de mûrissement... souvent sur une même parcelle, et comme un grand millésime en qualité. Les propositions pour le début de récolte oscillent entre le 4 et le 9 septembre pour le crémant, du 14 au 19 pour les AOC, « dont la teneur en sucre évolue de belle manière avec les températures que nous connaissons actuellement », soulignent nombre d'intervenants. Le président a rappelé que la date « officielle » des vendanges peut être avancée par tout viticulteur, quelle qu'en soit la raison, mais à condition d'en faire la déclaration préalable à l'AVA ; « une démarche simple mais nécessaire ; l'appellation Alsace est une appellation collective, que nous gérons collectivement mais avec quelques contraintes ! ».

La rencontre s'est conclue avec l'intervention de Marianne Grunenwald, conseillère viticole à la chambre d'agriculture d'Alsace, qui a abordé quelques points techniques.
B.FZ.