Santé Mulhouse Urgences : la direction panse les plaies

Publié dans le panorama le Mardi 03 septembre 2019 à 05:48:50

© Dna, Mardi le 03 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Santé Mulhouse
Santé Mulhouse Urgences : la direction panse les plaies
Quatre mois après le début du mouvement de grève du personnel des urgences de l'hôpital Émile-Muller de Mulhouse, la direction et l'Agence régionale de santé Grand Est se sont exprimées pour la première fois, ce lundi, sur la situation de crise inédite que traverse le service.

 
Le personnel des urgences mulhousiennes est en grève depuis le 26 avril dernier.
La date n'a pas été choisie au hasard. Depuis dimanche, le service ne compte « plus qu'une dizaine de médecins » contre « 24 à 25 traditionnellement », note Corinne Krencker, la directrice du GHRMSA (Groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud Alsace). Cette hémorragie est la conséquence du départ de plusieurs urgentistes essorés par des conditions de travail qui se dégradent depuis plusieurs mois.

Si la crise des urgences et la problématique concernant le manque de médecins ne sont pas propres au service mulhousien, elles sont inédites pour les urgences de l'hôpital Émile-Muller.

À cette situation exceptionnelle, la direction de l'hôpital et l'ARS ont décidé de répondre par des mesures de réorganisation du service, elles aussi exceptionnelles, qui doivent permettre de continuer à « assurer une prise en charge adéquate des urgences vitales ». Pour les urgences « relatives », Corinne Krencker reconnaît que « les délais seront probablement plus longs qu'aujourd'hui ».
<iframe src="https://www.dailymotion.com/embed/video/x7jrgto" allowfullscreen="" allow="autoplay" width="1066" height="599" frameborder="0"></iframe>

Ces mesures d'urgence ont été détaillées par le Dr Philippe Guiot, directeur médical de pôle de médecine intensive du GHRMSA et chef de service des urgences par intérim : « Jusqu'à présent, on fonctionnait avec six urgentistes sur 24 heures. Nous avons divisé l'effectif par deux. » Concrètement, depuis ce lundi, le service tourne avec un médecin à la régulation des appels du centre 15, un au Smur, contre deux normalement, et un médecin dans le service des urgences, contre trois.

Afin d'« épauler » l'urgentiste exerçant au sein du service, des appels pour assurer des gardes ont été lancés dans plusieurs directions : médecins des hôpitaux voisins (Colmar et Strasbourg), médecins généralistes du secteur, intérimaires, médecins du Sdis (service départemental d'incendie et de secours), du service de santé des armées et de la réserve sanitaire nationale, dont « le premier médecin a été accueilli ce lundi », a précisé Corinne Krencker. Ces renforts ont un caractère « exceptionnel et temporaire ». Ils doivent permettre au service de fonctionner le temps de recruter des médecins urgentistes titulaires.

L'autre priorité de la direction, c'est de trouver un chef de service « qui arrive à organiser son équipe, à porter un projet ambitieux et à fédérer ses troupes pour reconstruire un système performant et pérenne ». En huit ans, le service a connu sept chefs différents, dont trois durant l'année écoulée.
Réaménager les locaux

Dans les prochains jours va également s'ouvrir un autre chantier : la réorganisation architecturale du service. La directrice du GHRMSA a indiqué qu'elle engagerait « ce mois-ci les démarches pour lancer les études de faisabilité et de programmation ».
Cécile FELLMANN L'interview vidéo de Corinne Krencker, la directricedu GHRMSA sur : www.dna.fr

L'interview vidéo de Corinne Krencker, la directricedu GHRMSA sur : www.dna.fr