Il poignarde les passants au hasard : un jeune de 19 ans tué

Publié dans le panorama le Dimanche 01 septembre 2019 à 06:55:56

© L'alsace, Dimanche le 01 Septembre 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Il poignarde les passants au hasard : un jeune de 19 ans tué
 

 
C'est à cet arrêt de bus de Villeurbanne que l'homme a poignardé plusieurs personnes, tuant un jeune homme et blessant grièvement trois autres passants. Photo Le Progrès
« Il y avait un monsieur à l'arrêt du 57 (un bus) qui s'est mis à mettre des coups de couteau dans tous les sens... » La jeune fille au débardeur taché de sang est encore sous le choc quand elle décrit la scène de terreur : « Il a réussi à toucher, à ouvrir le ventre d'une personne. Il a mis un coup de couteau dans la tête à un mec, il a ouvert l'oreille à une dame sur l'arrêt du bus. Des personnes ont fui, se sont réfugiées où elles ont pu, dans des bus, dans le métro. » Une autre dame, placée plus loin et en sanglots, témoigne de la suite de ces minutes de panique : « Des agents du métro et des gens ont sauté sur l'homme qui se dirigeait vers le métro au milieu des hurlements. C'était horrible... »
Un Isérois de 19 ans succombe à ses blessures

Il était donc 16 h 30 à Villeurbanne, à l'est de Lyon, quand soudain, cet homme a sorti un couteau et une fourche de barbecue et s'est jeté sur un groupe de personnes assises à un arrêt de bus de la station d'échange métro-bus « Laurent Bonnevay » à Villeurbanne. Il a frappé au hasard sur ce parvis, très fréquenté à cette heure de la journée.

Un jeune de 19 ans originaire de l'Isère a succombé sous les coups. Il se rendait au festival Woodstower qui clôture l'été au parc de Miribel-Jonage près de Lyon. Huit autres personnes sont blessées, âgées de 18 à 76 ans. Trois se trouvaient entre la vie et la mort à l'heure où nous bouclions cette édition.
L'auteur présumé demandeur d'asile afghan de 33 ans

Une vingtaine d'autres personnes choquées ont aussi été prises en charge par les pompiers qui, avec la police, ont établi un périmètre de sécurité.

L'auteur présumé de cette agression aux motifs encore inexpliqués a été placé en garde à vue. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour « assassinat et tentative d'assassinats » confiée au SRPJ de Lyon.

Ses motivations ne sont pas encore formellement éclaircies. Des témoins rapportent qu'il se disait « pakistanais ». Il s'est déclaré « afghan » à la police. Selon un témoignage recueilli sur place par Le Progrès, l'homme a prononcé une formule à connotation religieuse. Après les agressions, il a lancé auprès de ceux qui tentaient de le raisonner : « Ils ne lisent pas le Coran. »

Acte islamiste, ou oeuvre d'un déséquilibré ? Ou un peu des deux ? L'enquête est confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Lyon. Il s'agirait, selon les premiers éléments recueillis, d'un Afghan né en 1986, demandeur d'asile, qui a donné son prénom. Ces éléments n'ont pu être confirmés.
Déséquilibré, vengeance, terrorisme ?

À ce stade, le parquet national antiterroriste (PNAT) n'a pas été saisi mais selon le ministère de la Justice, il est quand même en train d'évaluer la situation. Le dossier reste entre les mains du parquet lyonnais, dans le cadre d'une enquête pour assassinat. Les autorités ont dans un premier temps fait état d'un deuxième suspect en fuite, mais les services du procureur et une source policière ont ensuite démenti l'existence d'un second auteur.

La piste d'une rixe a été également écartée par tous les témoignages recueillis. L'homme visait-il quelqu'un parmi les passants ? Comment est-il arrivé à cet endroit, par quel itinéraire ? Quel est son profil psychiatrique ? A-t-il un lien avec ce lieu ? Comment s'est-il procuré cette arme ? Les enquêteurs tentaient d'éclaircir toutes ces questions et devaient entamer des perquisitions au domicile de l'individu, qui n'est pas fiché S (fichier sur lequel figurent les individus en lien avec des faits ou groupes terroristes). Il ne semblait