La perte d'autonomie, un défi proche pour l'Alsace

Publié dans le panorama le Jeudi 08 août 2019 à 07:34:56

© L'alsace, Jeudi le 08 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

La perte d'autonomie, un défi proche pour l'Alsace
 

 
En Alsace,

la proportion de la dépendance chez les personnes âgées

va encore augmenter de près de 1,5 % d'ici 2050, parmi des seniors eux-mêmes en forte augmentation.

 Archives DNA /Laurent RÉA

2050, c'est presque demain. À cette échéance, que l'on peut qualifier de proche au plan des grandes évolutions démographiques, l'Alsace, plus encore que la moyenne des régions françaises, devrait faire face aux conséquences du vieillissement de la population. L'un de ces effets, lié à l'accroissement du nombre des seniors, est la montée dans la population générale du nombre de personnes en perte d'autonomie, ce que l'on désigne désormais de phénomène croissant de dépendance.

Une étude de l'Insee révèle que, dans moins d'une génération, le nombre de seniors en perte d'autonomie dans tout le pays atteindra le chiffre plus que conséquent de 4 millions de personnes ! C'est presque un doublement par rapport au niveau de 2015 (2,4 millions de seniors dépendants). Cela pose la question du financement de ce qu'il est convenu de qualifier de nouveau risque pour la Sécurité sociale (outre la maladie, les accidents du travail, etc.). Il faut dès à présent envisager le mode d'accueil et la répartition des structures d'hébergement de personnes non autonomes. Plusieurs points, à cet égard, distinguent l'Alsace du reste de la France.
Hébergement

Même si l'Alsace n'atteint pas les taux de prise en charge en institution de l'Ouest et du Centre de la France (plus de 12 %), elle se situe au-delà de la moyenne française : plus de 9 % des personnes de plus de 75 ans dans la région vivent en établissement pour personnes âgées dépendantes (contre 8,8 % dans la totalité du pays). Le Midi et la Franche-Comté placent nettement moins d'aînés en établissements spécialisés.
Fréquence

Cette fois, l'Alsace se situe dans la fourchette généralement constatée dans l'ensemble du pays : 16 % des personnes de plus de 60 ans vivant dans le Bas-Rhin sont reconnues en perte d'autonomie et un peu plus de 14 % dans le Haut-Rhin. La moyenne nationale est d'environ 15 %, le Massif central étant là encore le plus mal placé, la façade Atlantique comptant nettement moins de personnes dépendantes que les régions voisines.
Évolution de la dépendance

C'est un scénario inquiétant pour la prise en compte de la dépendance : la proportion de la perte d'autonomie dans la tranche d'âge des seniors, population en forte progression, augmente elle-même notablement d'ici à 2050 dans tout le pays pour atteindre près de 17 % des personnes de plus de 60 ans, soit une sur six.

L'Alsace, et surtout le Bas-Rhin avec un taux de dépendance en hausse de 1,5 % dans une classe d'âge elle-même de plus en plus nombreuse, se situe plutôt dans la fourchette haute. Ce n'est certes pas le Gard (+2,4 % dans l'intervalle !) mais cela induit à terme pour la région des besoins massifs d'hébergement. À moins que la région ne développe d'ici là, selon des schémas que devra confirmer l'Agence régionale de santé, de nouvelles modalités de prise en charge incluant davantage la vie à domicile.

Mais on a vu, en Alsace notamment, les difficultés de recrutement des structures de soutien à domicile. Sauf à trouver une martingale pour développer ce type d'alternative, le besoin en investissements pour la construction d'institutions supplémentaires sera énorme.