ostheim - station d'epuration - Une réaction du premier adjoint

Publié dans le panorama le Jeudi 08 août 2019 à 07:23:36

© L'alsace, Jeudi le 08 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

ostheim  - station d'epuration - Une réaction du premier adjoint
 

 
Jean-Marc Burgel évoque d'abord le titre de l'article : La future station d'épuration raccordée à celle de Colmar. Il « laisse supposer qu'une nouvelle station d'épuration, en plus de son raccordement à celle de Colmar, verra le jour ». Les édiles ont, en fait, voté le raccordement direct du réseau communal des eaux usées à la station d'épuration de Colmar, gérée par le Siteuce (syndicat intercommunal des eaux usées de Colmar et environs). Avec, à terme, le démantèlement de celle d'Ostheim qui date de 1965.

Sont-ce les prémisses de la campagne électorale à venir ? Dans son long communiqué, le premier adjoint regrette que « le scénario d'une réhabilitation de la station existante n'ait pas été davantage approfondi ». Il estime que « les éléments fournis pour ce scénario étaient très généralistes ». Il craint également que la commune n'ait « dorénavant plus la maîtrise du coût de la gestion de l'assainissement ». Il aurait souhaité que la commune dispose d'un projet de convention « qui formalise les engagements respectifs de la commune et du Siteuce ». Selon lui, « le sujet méritait une présentation plus longue ». Cela aurait permis, à ses yeux, « à chacun des conseillers municipaux de s'approprier pleinement les différents scénarios et leurs enjeux ».
« La solution la plus viable économiquement et techniquement »

Jean-Marc Burgel s'est abstenu sur l'adhésion au Siteuce et la décision de choisir le maître d'oeuvre qui approfondira le scénario retenu et étudiera les coûts. Il s'en explique : « Je partage, bien entendu, l'impérieuse nécessité de gérer dans les meilleures conditions ce service pour l'usager et que, nous, élus, avons le devoir de prendre des décisions qui permettent de pérenniser ce service ». Il ne peut cependant se prononcer sur la base de tous les éléments «car un conseil municipal ne doit pas se restreindre en une chambre d'enregistrement».

Contacté, le maire Bernard Kempf se dit très étonné de cette réaction : « On est dans une commune calme avec un conseil municipal serein. En tout cas, je le pensais jusqu'à aujourd'hui. » Il précise que « toutes les semaines, on a une réunion où on discute en toute transparence ». Il rappelle que le conseil travaille sur ce projet depuis juin 2017 et que plusieurs scénarios ont été échafaudés. « Nous avons pris attache avec un assistant à la maîtrise d'ouvrage, et pris une seconde opinion auprès d'un expert en eau et en assainissement, le SDEA (syndicat des eaux et de l'assainissement Alsace-Moselle). Nous avons aussi été accompagnés par le conseil départemental ». Il rappelle que le fonctionnement de la station pose « de nombreux problèmes depuis plusieurs années », et souligne que « réhabiliter une station au béton poreux dont l'on ne connaît pas les qualités dans la durée nous semblait le scénario le plus fragile ». Cette solution a donc été écartée. « Nous n'avons connu aucun problème lors des réunions précédant le vote ». Le choix devait tenir compte de trois contraintes, explique-t-il : « Le respect des normes environnementales, la recherche de solutions à l'épandage des boues de plus en plus difficiles à trouver, et le fait que toutes les collectivités sont dans un objectif de mutualisation. »

D'après le premier magistrat, le raccordement au Siteuce constitue la « solution la plus viable économiquement et techniquement. Elle nous permettra de traiter les boues et de bénéficier de compétences extérieures ». Il ajoute qu'une convention est en train d'être élaborée avec le Siteuce et la Colmarienne des eaux, et qu'elle sera signée à la rentrée. Et le maître d'oeuvre sera désigné d'ici à la fin de l'année. Les travaux devraient se dérouler en 2020 et 2021.

Il précise également qu'à « chaque phase de diagnostic, nous avons présenté le projet à tout le conseil municipal. La transparence, c'est important ». Il est convaincu que le raccordement au Siteuce permettra « une meilleure maîtrise de la gestion ».
M.F.