Les frontaliers plus riches qu'avant l'été

Publié dans le panorama le Mercredi 07 août 2019 à 07:54:22

© L'alsace, Mercredi le 07 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Les frontaliers plus riches qu'avant l'été
 

 
Oscillant entre 0,87 et 0,89 EUR depuis l'été 2018, le franc suisse n'a cessé de s'apprécier depuis le mois d'avril dernier, après un bref relâchement : il a dépassé 0,90 EUR début juin, régulièrement 0,91 EUR courant juillet, pour atteindre 0,92 EUR ce lundi, à la mi-journée. En sens contraire, l'euro est passé sous la barre de 1,09 franc, pour la première fois depuis deux ans.
Valeur refuge

On est encore loin de la parité brièvement atteinte après l'abandon, par la Banque nationale suisse (BNS), du taux plancher à 1,20 CHF pour 1 EUR, en janvier 2015. Le taux avait ensuite oscillé entre 1,05 et 1,10 CHF jusqu'à la mi-2017, puis entre 1,10 et 1,15 CHF.

Mais ce renforcement du franc face à l'euro - comme face au dollar - est déjà une aubaine pour les travailleurs frontaliers. Si l'on considère le salaire médian en Suisse, qui s'élevait à 6500 CHF bruts par mois en 2018, la plus-value - en cas de change - est de plus de 200 euros.

Comme à son habitude, le franc suisse joue pleinement son rôle de valeur refuge, dans un contexte de tensions économiques croissantes. Les analystes mettent principalement en avant les conséquences de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, aggravée par la dévaluation du yuan, qui a atteint lundi son plus bas niveau depuis neuf ans face au dollar. D'autres pointent les politiques monétaires de la Banque fédérale américaine et de la Banque centrale européenne.

En attendant les effets d'un possible Brexit « dur », sans accord avec l'UE, le 31 octobre prochain, qui pourrait encore favoriser le franc. Mais la BNS veille au grain et interviendra sans doute au-delà d'un certain seuil, pour éviter que les entreprises suisses soient pénalisées par une hausse excessive de la devise helvétique.
O.Br.