Un chimiste alsacien invité au Forum économique mondial

Publié dans le panorama le Dimanche 04 août 2019 à 07:14:22

© L'alsace, Dimanche le 04 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Un chimiste alsacien invité au Forum économique mondial
 

 
Le chercheur strasbourgeois Thomas Hermans.  Photo DNA /Maksym Toussaint
« Je crois que mon nom a été suggéré par le Conseil européen de recherche (ERC) », note le Pr Thomas Hermans. Ce jeune chimiste, né en Belgique en 1982, est détenteur d'un doctorat en ingénierie biomédicale obtenu à l'université d'Eindhoven, aux Pays-Bas. Il dirige aujourd'hui le laboratoire des systèmes complexes hors équilibre à l'Isis (Institut de science et d'ingénierie supramoléculaires) et s'intéresse à des thèmes de recherche assez abscons pour le commun des mortels comme les systèmes hors équilibre, l'auto-assemblage dissipatif, la chimie supramoléculaire, la microfluidique, l'assemblage induit par un champ et la dynamique des fluides...

Thomas Hermans avait obtenu un financement ERC de démarrage en 2017. Et il a été sélectionné pour participer, au sein de la délégation ERC, aux rencontres annuelles des Nouveaux champions, un moyen pour le Forum économique mondial de mettre en valeur de jeunes chercheurs de moins de 40 ans et à la pointe de l'innovation. La rencontre s'est déroulée début juillet à Dalian, en Chine.

Nous avions évoqué il y a un an dans nos colonnes la start-up Qfluidics (lire encadré) créée par le Pr Thomas Hermans et Vincent Marichez, ce dernier ayant été lauréat, le 7 juin 2018, du 1er prix du challenge Chercheurs entrepreneurs du Grand Est. « C'est sans doute aussi la création de cette société qui a pesé dans la balance », avance le chimiste.
Un projet à construire

À Dalian, Thomas Hermans a rencontré de nombreuses personnes impliquées dans l'industrie 2.0, basée sur les nouvelles technologies, le digital, les machines connectées et l'intelligence artificielle. « Un des thèmes de nos rencontres était de savoir comment concilier l'industrie, le développement durable, le recyclage des matériaux et produits ainsi que la réduction des émissions polluantes. Et si de jeunes scientifiques sont invités à participer à cette session, c'est en en raison de leur façon de rationnelle de penser. »

Après cette rencontre, chaque participant choisit un projet qui sera présenté deux après, au forum suivant. « C'est encore un concept assez flou, même si ces rencontres existent depuis plus de dix ans... Aujourd'hui, on a discuté des missions, de l'impact de la science sur les problèmes mondiaux et de comment séparer la science de la science-fiction. » Thomas Hermans se donne un peu de temps pour déterminer son sujet et la communauté qu'il rejoindra pour y travailler. « Mes différents sujets de recherche me prennent déjà pas mal de temps... Mais c'est très enrichissant de se confronter à des acteurs économiques qui viennent de tous les horizons... »
G. D.