Pont ferroviaire oublié : un « monument » à faire revivr

Publié dans le panorama le Dimanche 04 août 2019 à 07:03:43

© L'alsace, Dimanche le 04 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Pont ferroviaire oublié :

un « monument » à faire revivre

 

Autrefois, les trains passaient sur ce pont. Aujourd'hui, ce sont les cyclistes . Et en dessous, les arches en grès peuvent devenir un bel écrin, pour une halte reposante. Photo DNA /C.H.

« Si Stéphane Bern débarquait à Seppois-le-Haut, ça nous rapporterait des millions », lance Patrick Muller, adjoint au maire. Il est devant un ouvrage qui pourrait bien intéresser l'animateur de télévision : un pont sur la Largue, un « vrai monument », selon le maire, Fabien Ulmann.L'ouvrage en question est un ancien pont ferroviaire de trois arches, construit en 1905 et 1906, lorsque les Allemands ont décidé de créer une ligne entre Dannemarie et Pfetterhouse.Un ouvrage longtemps oublié par les Seppoisiens eux-mêmes : « Dans les années 1950, les enfants du village allaient se baigner dans la rivière à cet endroit, puis le pont a été oublié. À tel point que les habitants viennent me demander où il est », indique le maire. Pour le trouver il faut, au départ de la mairie, marcher une cinquantaine de mètres dans la rue de Moos, en direction de Mooslargue, avant de tourner au numéro 9. Étape suivante : traverser la cour ouverte puis marcher sur une étendue d'herbe pendant une centaine de mètres.

Le site est en cours de réhabilitation. Le pont a été tout récemment nettoyé par la commune. Deux escaliers partant de l'ancienne ligne de chemin de fer permettent d'accéder aux arches en grès rose. « Il y avait plus d'un mètre de boue sous l'une de ces arches », décrit Fabien Ulmann. « On ne les voyait plus, c'était envahi de végétation. On a tout dégagé », poursuit-il. Au-dessus des arches, les rails ont depuis longtemps disparu. Les cyclistes y passent, mais « beaucoup ignorent ce qu'il y a en dessous ! », déplore le maire de Seppois-le-Haut.

L'objectif de la réhabilitation, en gestation depuis un an, est de permettre aux habitants et aux touristes de profiter du site. « On prévoit de le mettre en service l'année prochaine », annonce Fabien Ulmann, avant de tourner le regard vers l'une des arches : « Maintenant c'est sûr, on va installer ici un plancher en bois pour permettre aux cyclistes de s'y reposer. »

Les Allemands avaient installé sous le pont une dérivation et un système d'écluse pour amener l'eau de la Largue vers un moulin situé à un kilomètre. Il reste, plus de cent ans après ces constructions, une armature de fer qui pourrait accueillir une terrasse.

Un coût de prèsde 40 000 EUR

Outre la mairie, le Département finance une partie du projet, ce patrimoine lui appartenant de fait. Le coût du déblaiement et de la réalisation de la terrasse s'élève à un peu moins de 40 000 EUR, dont plus d'un tiers est pris en charge par le Département.

Reste à patienter encore un an pour voir le projet aboutir, afin que les cyclistes et autres promeneurs se retrouvent sous le pont et pas uniquement au-dessus.

Cédric HERMEL

 

 

 

 

Martial REHEISSER

Directeur de la Communication

Auprès du Cabinet de la Présidente

 

Tel. : 03 89 30 60 70

Port. : 06 30 52 37 63

Email : reheisser@haut-rhin.fr