Des Trois Châteaux, seul le Dagsbourg est entretenu par des bénévoles

Publié dans le panorama le Dimanche 04 août 2019 à 06:59:36

© L'alsace, Dimanche le 04 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Des Trois Châteaux, seul le Dagsbourg est entretenu par des bénévoles
 

 
Une quinzaine de bénévoles apportent une grande attention au château du Dagsbourg. Chaque année, au début de la saison touristique, ils en soignent les abords pour en faciliter l'accès. Photos L'Alsace /Dom POIRIER
En ce début de mois de juillet, une quinzaine de personnes s'attellent au petit matin à entretenir les abords du site castral des Trois Châteaux. Enfin... de sa tour nord, le Dagsbourg, qui est situé sur le ban communal d'Eguisheim. Les deux autres donjons, le Wahlenbourg et le Weckmund étant sur le ban communal d'Husseren-les-Châteaux.
« J'entretiens mon château ! »

C'est Marc Noehringer qui coordonne cette équipe de bénévoles. « Chaque année, au début de la saison touristique, nous embellissons les lieux, car c'est un peu notre fierté. Et puis la destination est inscrite à l'office du tourisme d'Eguisheim. Alors ça fait deux mandats que l'on entretient le château dans une ambiance très conviviale. » Et s'il parle en termes de mandats, c'est que Marc Noehringer est conseiller municipal d'Eguisheim, en charge des 350 ha de la forêt communale. Une position qui facilite la tâche des amoureux du Dagsbourg, puisque la commune en est la propriétaire.

« Que faites-vous ? », demande-t-on à une dame, sécateur en main. « J'entretiens mon château ! », répond-elle tout sourire, en dépit de son combat contre les ronces, gagné non sans peine. Point commun de ces preux bénévoles, ils utilisent la même expression : « mon château ». Non seulement ils mesurent la valeur patrimoniale du site, mais il y a aussi une très forte charge affective. Enfants, ils sont tous venus s'amuser dans les vestiges du Dagsbourg et alentours. Et certains en connaissent le moindre recoin, constatant parfois l'indéfectible érosion du temps.

Des quinze bénévoles présents ce jour-là, seuls deux d'entre eux sont des veilleurs. Marc Noehringer, et Charlotte de Jong qui a longtemps logé aux pieds des châteaux. « J'habitais à Husseren en 2016 lorsque j'ai adhéré au processus des veilleurs, mais notre commune n'avait pas souhaité y souscrire. C'est un peu pour ça que je suis venu au Dagsbourg. Mais pour moi, le site devrait être veillé et entretenu dans sa globalité », estime la jeune femme qui continue à s'investir après son déménagement.
Textes et photos :Dom POIRIER