Taxe numérique : la riposte d'Amazon

Publié dans le panorama le Samedi 03 août 2019 à 06:47:52

© L'alsace, Samedi le 03 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Taxe numérique : la riposte d'Amazon
 

 
La réponse n'aura pas tardé. Moins de trois semaines après l'adoption définitive par la France d'une taxe dite « Gafa » (Google, Apple, Facebook, Amazon) sur les grands groupes technologiques, le géant américain du commerce en ligne Amazon décide de la répercuter sur les tarifs appliqués aux vendeurs de sa plate-forme dans l'Hexagone.
Une hausse de 3 %

Sur sa page d'information à destination des vendeurs hexagonaux, Amazon détaille son nouveau barème de tarifs, qui entrera en vigueur le 1er octobre : il explique leur appliquer à tous une hausse de 3 %, correspondant au montant de la taxe sur son chiffre d'affaires prévue par la nouvelle loi. Cela entraîne un renchérissement de sa commission allant de quelques dixièmes de points de pourcentage à près de 1,5 point, en fonction des produits proposés par les vendeurs. La commission prélevée par Amazon dépend en effet du type de produit vendu.

La taxe française, définitivement adoptée le 11 juillet, crée une imposition des grandes entreprises du secteur non pas sur le bénéfice, souvent déclaré dans des pays à très faible fiscalité (Irlande) mais sur le chiffre d'affaires qu'elles réalisent dans l'Hexagone.

Selon le ministère de l'Economie, une trentaine de grands groupes devraient payer cette taxe, avec deux seuils prévus : un chiffre d'affaires minimum de 750 millions d'euros au niveau mondial et 25 millions dans l'Hexagone. Amazon justifie sa décision en assurant n'être « pas en mesure » d'absorber ce nouvel impôt. Elle est la première entreprise à faire ce choix. Sera-t-elle suivie par d'autres ?