Écomusée : des nocturnes pour une fête au village

Publié dans le panorama le Vendredi 02 août 2019 à 06:15:37

© L'alsace, Vendredi le 02 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Écomusée : des nocturnes pour une fête au village
 

 
 
L'Écomusée d'Alsace à Ungersheim propose sept soirées estivales dans une ambiance bal populaire traditionnel, les 3, 4, 10, 11, 15, 17 et 18 août. Ces soirées ne s'articuleront pas uniquement autour de la danse et permettront aux familles de passer d'agréables moments. L'animation musicale sera assurée par la Guinguette du Rhin, association strasbourgeoise. Pour cela, l'orchestre Octopulse, accompagné d'une chanteuse, permettra de retrouver l'ambiance des bals populaires en proposant un répertoire rétro allant des années 1950 à 1980, avec parfois des ambiances plus rock ou des danses de salon. La soirée sera également animée par DJ Guinguett'A, le tout sous un jeu de lumières très bal populaire.

Pour le plus grand bonheur des grands et des petits, ces soirées proposeront des points de restauration, des confiseries à l'ancienne (barbe à papa, sucettes...) et des jeux traditionnels en bois : chamboule-tout, panneau passe-tête ; le tout dans un esprit kermesse. Et pour apporter une dimension supplémentaire à ces soirées, une élection permettra de choisir les trois meilleurs couples rétro de la soirée. De quoi là aussi trouver une occasion de s'amuser. Les « villageois » - conscrits, artisans, ménagères et autres bénévoles de l'Écomusée - seront également présents et viendront se mêler aux visiteurs.
Les « assidus », des bénévoles très actifs

Le bal des soirées « La fête au village » se déroulera sur la piste de danse installée par les bénévoles de l'Écomusée sous un chapiteau coloré à proximité du hall de battage - où sont généralement exposées les machines agricoles - et des manèges pour enfants. Parmi les 250 bénévoles actifs de l'Écomusée, 37 d'entre eux sont considérés comme des « assidus ». En effet, tous les jeudis, ils interviennent pour l'entretien du patrimoine : carrelage, peinture, béton... « Ils ne sont pas forcément du bâtiment, indique Alain Koenig, coordinateur des assidus depuis deux ans. Ce sont des gens qui aiment bricoler. »

Les bénévoles préparent le montage de la piste de danse pour les nocturnes de l'Écomusée sous l'oeil vigilant d'Alain Koenig (2e à gauche). Photo L'Alsace /Carine DOPPLER

Les 37 assidus sont présents par rotation selon les tâches à effectuer. « Il y a toujours quelque chose à faire, à ranger, transporter. Il y a beaucoup de manutentions », explique le coordinateur, ancien salarié et animateur de l'Ecomusée à la retraite depuis trois ans. « Je connaissais le site, les assidus avec une majorité de retraités entre 60 et 80 ans. Des plus jeunes viennent pendant les congés. Les plus anciens entraînent les plus jeunes et les chantiers se déroulent dans un bel esprit. Et puis nous avons toujours besoin de bras. D'ailleurs on pourrait venir trois jours par semaine il y aurait toujours à faire », sourit Alain Koenig, ravi de donner de son temps de jeune retraité.

Au printemps et en automne, ce sont une dizaine de chantiers qui peuvent se dérouler en même temps. Toujours en collaboration avec les services techniques de l'Écomusée qui fournissent le matériel, et selon les besoins exprimés. « Nous réparons à l'identique tout ce qui voit », précise Alain Koenig, qui comme bon nombre de bénévoles n'hésite pas à enfourcher un vélo (ancien) pour se déplacer au sein du village.
Un spectaculaire lave-tête au musée de la coiffure

Parmi les bénévoles, certains sont présents depuis la première heure comme l'incontournable Hopla (Guy Macchi) alors que Christian Lutz est arrivé il y a dix-huit mois et que Bruno Bonfatti (coiffeur) est barbier bénévole depuis dix ans. Ce dernier est maintenant bien ancré dans la maison de Gougenheim. Contacté à l'époque par l'Ecomusée, qu'il découvre en compagnie de son directeur, il choisit cette maison pour laquelle il a un véritable coup de coeur, celle-ci lui rappelant la maison de son grand-père. Avec Rosemarie Duschler, Marcel Richard et Georges Blondé, ils montent le musée de la coiffure et du barbier et aménagent cette petite maison d'habitation avec des objets d'époque. Ainsi deux fauteuils de coiffeur de 1910 (offerts) rejoindront la toilette de 1890 offerte par Charles Nico de Masevaux. De quoi meubler la pièce principale qui accueille les visiteurs, et plus particulièrement les messieurs qui souhaitent profiter d'un rasage à l'ancienne. En effet, le dimanche, des démonstrations de rasage sont proposées aux visiteurs. Si ces démonstrations animent la maison, Bruno Bonfatti, 78 ans, qui rase depuis soixante-quatre ans, souhaiterait voir arriver la relève, d'autant plus que le métier de barbier revient à la mode ces temps-ci.

Sur cette ancienne affiche dans la vitrine du barbier, on peut imaginer le fonctionnement du lave-tête et séchoir.  Photo L'Alsace /Carine DOPPLER

Et, pourquoi pas, échanger entre deux présentations de son métier avec Bernard Stalter, élu en septembre dernier à la tête de la Confédération nationale de l'artisanat des métiers de service et de fabrication (Cnams), afin de promouvoir les métiers dont regorge notamment l'Écomusée. Et même si le barbier souhaite prendre un peu de recul avec son engagement auprès de ce village alsacien, il n'est pas peu fier de présenter la dernière acquisition du musée de la coiffure : un spectaculaire lave-tête et séchoir dans la cuve duquel il fallait mettre des braises pour chauffer l'eau.
Carine DOPPLER Y ALLER La fête au village , les 3, 4, 10, 11, 15, 17 et 18 août à partir de 19h, à l'Écomusée d'Alsace à Ungersheim. Tarif journée : 15 EUR, soirée à partir de 16h : 10 EUR. Les animations nocturnes ont lieu de 19h à 23 h. Les visiteurs de la journée ont la possibilité de prolonger la visite en soirée. Pour les autres, un billet soirée à partir de 16h est proposé au tarif de 10 EUR.