Tour Alsace Le Tour de l'Avenir en tête

Publié dans le panorama le Jeudi 01 août 2019 à 06:24:15

© L'alsace, Jeudi le 01 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Tour Alsace Le Tour de l'Avenir en tête
 

 
Pierre-Yves Chatelon, sélectionneur de l'équipe de France des moins de 23 ans, se sert du Tour Alsace pour élever le niveau de ses coureurs. Photo L'Alsace /Gilles LEGEARD
La présence de l'équipe de France espoirs sur une épreuve est courtisée. Le Tour Alsace a ce privilège cette année, grâce à son positionnement dans le calendrier international. Les moins de 23 ans ont en tête le Tour de l'Avenir (15-25 août), qui permet aux meilleurs de trouver une place parmi les pros. Une performance y est d'autant plus valorisante que le lauréat 2017 est Egan Bernal, le Colombien qui vient de s'adjuger le Tour de France.

Pour l'équipe de France, le sélectionneur Pierre-Yves Chatelon a concocté une montée en puissance pour ses coureurs. « Notre stage de cinq jours en Maurienne et le Tour Alsace font partie de la préparation pour le Tour de l'Avenir, confirme le technicien. Sauf problème de santé ou méforme, j'ai ma composition pour le Tour de l'Avenir. Nicolas Prodhomme était en délicatesse au stage. »

Son coéquipier du Chambéry CF, Clément Champoussin, 5e du Tour de l'Avenir 2018, fait partie des coureurs assurés de se retrouver au départ à Marmande après le Tour Alsace en compagnie de Simon Guglielmi (Groupama-FDJ CT), Mathieu Burgaudeau (Total Direct Energie), Aurélien Doleatto (AC Bourg-en-Bresse) et Jérémy Bellicaud (en course avec le CC Etupes), alors qu'Eddy Finé courra le Tour du Limousin avec Cofidis..

Pour l'heure, l'Alsace est le terrain de jeu des Bleuets, qui l'ont rejointe ce mardi avec un trajet tronçonné pour mieux le digérer. « Ça fera un bloc de dix jours et j'espère qu'ils vont surcompenser, car il y a dix jours entre le Tour Alsace et le Tour de l'Avenir, pointe Pierre-Yves Chatelon. Par respect pour les organisateurs, on n'est quand même pas là pour faire de la figuration. Les circonstances de course vont décider, on n'a pas de pré-stratégie, sauf pour les automatismes de protection des meilleurs grimpeurs sur les étapes vallonnées. C'est comme au Tour de l'Avenir, il peut se passer plein de choses en début de course et les grimpeurs peuvent ne plus être dans le coup »..
« On n'est pas comme Ineos, mais on essaie de penser à tout »

Le prologue par demi-équipes n'était pas une fin en soi hier soir, car l'exercice apparaît éloigné du chrono par équipes du Tour de l'Avenir. « On l'a travaillé en stage avec les vélos de chrono et ça a aussi permis aux mécaniciens de ne pas avoir de surprise, explique le sélectionneur national. On va aussi tester les braquets dans La Planche des Belles Filles en vue de la montée sèche du col de la Loze au Tour de l'Avenir. On n'est pas dans la recherche de gains marginaux comme Ineos, mais on essaie de penser à tout ».

L'ambition sportive prime pour s'illustrer tant au Tour de l'Avenir qu'au Tour Alsace. « Ce serait dommage de ne pas avoir au moins un podium sur une étape et avec les coureurs présents, j'imagine leur place dans le Top 10, envisage Pierre-Yves Chatelon. Certains ont besoin de se rassurer, d'autres vont se préserver. » Et tous les espoirs sont permis.
G.L.