Pics de température à la crèche Pasteur

Publié dans le panorama le Mercredi 31 juillet 2019 à 06:29:55

© L'alsace, Mercredi le 31 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Pics de température à la crèche Pasteur
 

 
Selon certains parents, durant les deux épisodes de canicule, la température serait montée jusqu'à 40 °C au sein de la crèche des Hôpitaux civils de Colmar. Photos DNA /Nicolas PINOT
La température serait montée très haut à deux reprises ces dernières semaines lors des épisodes de canicule à la crèche des hôpitaux civils de Colmar située avenue de la Liberté. Selon certains parents, elle aurait atteint jusqu'à 40 °C au sein de l'établissement.

« Lors d'une réunion d'information, la puéricultrice de la crèche nous a informés que pendant l'été, la température des dortoirs atteignait régulièrement les 38-40 °C. Cette nouvelle nous a inquiétés car de telles températures augmentent les risques de mort subite chez les enfants de moins d'un an », rapporte un parent.
Le CHSCT alerté

« Lors de la première canicule cet été, la crèche disposait de deux ventilateurs. Les températures à l'intérieur étaient plus élevées qu'à l'extérieur », témoigne un autre parent. Depuis, des travaux ont été effectués afin d'ajouter des stores dans les puits de lumière et de rajouter des prises électriques. Désormais, ce sont une dizaine de ventilateurs qui sont en action sur les deux niveaux que compte le bâtiment. Sans une grande efficacité selon un certain nombre de parents qui souhaiterait l'installation de la climatisation, ou au moins de rafraîchisseurs d'air, moins onéreux.

« Nous avions alerté le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) en octobre dernier », indique Cathy Dicola, responsable de la section CFDT des Hôpitaux civils de Colmar. « Mais en raison de dysfonctionnements au niveau de la direction de la crèche, il n'y a aucuns travaux prévus. »

Également alertée par les parents, la Protection maternelle et infantile (PMI) a effectué une visite de contrôle le 4 juillet. Non autorisés à nous communiquer les conclusions de leurs observations, Caroline Dibolt, conseillère technique, et Marie-Pierre Fahrner, médecin chef adjoint du service de PMI, responsable du mode d'accueil petite enfance, rappellent les principes généraux énoncés par le service de santé publique en cas de canicule : « Nous diffusons dans toutes les crèches l'alerte émise par l'Agence régionale de santé (ARS) qui édicte des conseils pour la protection des enfants : les faire boire toutes les 20 minutes, prévoir un régime alimentaire léger, éviter la préparation anticipée des biberons pour éviter les contaminations, interdire les sorties, relever les températures dans les pièces, déplacer les enfants dans les endroits les moins exposés au soleil, privilégier les vêtements légers, organiser des jeux d'eau, installer des ventilateurs et utiliser des pulvérisateurs d'eau, aérer les pièces très tôt le matin et en fin de journée, fermer les volets ou baisser les stores, être attentif aux signes qui pourraient être alarmants dans le comportement des enfants, etc. »
La climatisation inadaptée

Responsable des affaires générales des Hôpitaux civils de Colmar, Arnaud Fourmentez déplore « une maladroite et dommageable perte de rationalité ». « Le problème aurait pu se régler dans un dialogue qui n'a pas eu lieu car des parents - minoritaires - n'ont pas cherché à établir le dialogue avec la direction de l'hôpital. Nous aurions pu les rassurer, nos protocoles sont calqués sur les bonnes pratiques recommandées par la PMI. Mais ils ont préféré passer au niveau supérieur en alertant la PMI et les médias. » Le responsable explique qu'effectivement, le bâtiment présente une faiblesse thermique dans son extension au niveau supérieur, mais que les enfants ont justement été déplacés dans les pièces les plus fraîches. Par ailleurs, il indique que la climatisation est « un marronnier qui a été évoqué à maintes reprises. Mais il y a deux ans, une étude de faisabilité a écarté cette solution pour des raisons d'hygiène et de sécurité sanitaire ».

Le système ne serait en effet pas adapté aux enfants en bas âge car ces derniers n'ont pas la capacité de réguler leur température corporelle ; il pose de plus des problèmes de risques de pénétration d'agents infectieux. Estimant que la canicule va, dans les années à venir, devenir une routine estivale, Arnaud Fourmentez annonce la probable réalisation de travaux d'isolation thermique du bâtiment en début d'année prochaine. « Notre chef d'établissement a décidé d'inscrire ces travaux au prochain plan d'investissement. »
Textes : Véronique BERKANI