Retour sur l'épisode caniculaire

Publié dans le panorama le Samedi 27 juillet 2019 à 06:11:18

© Dna, Samedi le 27 Juillet 2019 
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Environnement 
Retour sur l'épisode caniculaire
Avec la fin de l'épisode de chaleur intense, ce vendredi soir, ont également pris fin l'alerte pollution à l'ozone et les mesures y afférentes : circulation différenciée à Strasbourg, limitation de vitesse et tarifs spéciaux des transports publics. 
 

 
En pleine ville et en plein soleil, comme ici place Kléber à Strasbourg, les thermomètres s'affolent.
La courte période caniculaire que nous venons de traverser a connu sa phase la plus aiguë ce jeudi, vers 17 h-18 h, lorsque la station de mesure de Strasbourg-Entzheim a battu son record historique de chaleur (38,9 °C) et que celles de Colmar-Meyenheim et Bâle-Mulhouse tutoyaient les 38 °C. Malgré cette chaleur intense, l'Alsace est finalement restée en marge de la canicule qui a frappé la France et une partie de l'Europe : à Paris, dans le centre de la France, mais aussi dans le Nord, en Belgique et aux Pays-Bas, les 40 °C ont été atteints, voire dépassés. On relèvera tout de même, outre le record strasbourgeois battu alors que le dernier datait du 30 juin, une série de records battus mercredi sur les hauteurs. Christophe Mertz, météorologue-prévisionniste chez ATMO-Risk en cite quelques-uns : à Geishouse, tout près du Grand Ballon, on a mesuré 36,8 °C ; à Kruth, à Sewen, et plus largement dans les vallées de la Thur et de la Doller, on a relevé jusqu'à 37,3 °C. Au Markstein, à 1 300 mètres d'altitude, le mercure a grimpé à 30,2 °C.

La nuit de jeudi à vendredi, que les autorités avaient annoncée comme « étouffante », n'a pas renié ses promesses. Christophe Mertz la qualifie de « tropicale », s'appuyant sur des minimales, en fin de nuit, à 22 °C. À Strasbourg, à la station de mesure Couffignal, dans le quartier de la Meinau, alors que tout près s'affrontaient le Racing et le Maccabi Haifa en coupe d'Europe, il faisait encore 35 °C à 21 h, puis 31 °C à minuit... « Il a fallu attendre 1 h du matin pour passer sous les 30 °C, s'étonne le météorologue. Et il faisait encore 25 °C à 6 h du matin ! »
Mise en garde contre les orages violents et le risque d'inondation

Maintenant, place aux orages. Ils devraient être nombreux et actifs ce samedi. « La braderie de Strasbourg risque d'être arrosée », dit Christophe Mertz. La préfecture du Bas-Rhin a mis en garde : des orages « localement violents » et « des rafales pouvant aller jusqu'à 60 à 80 km/h sont attendus, avec des précipitations pouvant atteindre 20 mm et de la grêle ». Ce samedi, « le risque d'orage » se maintiendra, prévient la préfecture. « Les averses se succéderont, les quantités d'eau pouvant atteindre 40 mm », et les effets en seront augmentés du fait des sols durcis par la sécheresse. La préfecture du Bas-Rhin invite les habitants à être « vigilants aux possibles débordements de cours d'eau et aux risques de ruissellement ».

Si le risque orageux s'approche, le risque de pollution à l'ozone s'éloigne. Formée sous le rayonnement solaire à partir de polluants précurseurs, l'ozone reviendra à des valeurs normales ce samedi. L'alerte à la pollution, qui concernait huit départements du Grand Est sur dix (dont Bas-Rhin et Haut-Rhin) a été levée. Il en résulte la fin des mesures de limitation de 20 km/h de la vitesse maximale autorisée, la fin des tarifs spéciaux, forfaitaires à la journée, sur les réseaux de bus et tramways de l'Eurométropole de Strasbourg, de Mulhouse Métropole Agglomération et du Réseau 67. Dans l'Eurométropole de Strasbourg, la circulation différenciée qui avait été mise en place (vignettes Crit'Air) est également levée. Rappelons que les autorités avaient effectué des contrôles ce jeudi pour vérifier que les automobilistes respectaient bien les consignes de circulation. Au total, 1 182 véhicules avaient été contrôlés et 218 infractions ont été relevées : des automobilistes roulant sans vignette Crit'Air ou avec des vignettes 4 et 5 interdites ce jour-là. Les verbalisations ont eu lieu dès le premier jour. La pédagogie a laissé la place à une forme de sévérité.
Denis Tricard