Colmar Dix jours de fête pour les vins d'Alsace

Publié dans le panorama le Samedi 27 juillet 2019 à 06:01:37

© Dna, Samedi le 27 Juillet 2019 
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Colmar  Foire aux vins d'Alsace 
Dix jours de fête pour les vins d'Alsace
Troisième foire de France, manifestation festive populaire la plus importante du Grand Est, la Foire aux vins d'Alsace a démarré vendredi. L'occasion pour le président de Région Jean Rottner de revenir sur la valeur ajoutée des assemblages, que ce soit dans les vins ou sur le plan des collectivités territoriales. 
 

 
Les personnalités ont sacrifié à la tradition de sabrer le Crémant dans le nouveau hall 6.
« Colmar est une capitale. Celle du tourisme du Grand Est », a souligné le président Rottner, « mais aussi celle des vins d'Alsace ». « C'est la capitale mondiale des vins d'Alsace » a même osé le patron de la grande région qui présidait vendredi matin l'inauguration de la 72e édition de la FAV. Pour lui, le secteur viticole est de première importance.

Dans le périmètre régional, on compte : 20 000 vignerons ; 16 000 exploitations, presque six milliards d'euros de chiffre d'affaires. C'est l'illustration d'une filière dynamique, tant en Alsace qu'en Champagne, pour le développement de laquelle il convient de voir à présent ce que les uns peuvent apporter aux autres, estime-t-il. Sur un plan plus politique, il dit ne plus supporter les discours d'exclusion : « L'Alsace n'est pas une île. Elle fait partie du monde et doit vivre avec » ou encore « il faut penser les choses à l'échelle du monde ». Ce qui n'est absolument pas en opposition avec le fait de se prévaloir alsacien, estime celui qui a martelé : « Je ne me pose pas la question tous les matins de savoir qui je suis. Je suis alsacien, mulhousien qui plus est, et fier de l'être. » Aussi ne voit-il aucune contradiction pour défendre une « Alsace bien dans ses baskets, à l'aise avec le monde, qui ne s'invente pas de frontières imaginaires : une Alsace qui sait s'ouvrir, accueillir, rayonner ». Une double allusion, selon les interprétations dans la salle, aux autonomistes durs et à ceux qui ont oeuvré pour la réunion des deux départements en une seule entité.

La sortie sur le Grand Est et l'Alsace a clos la série de discours (deux heures mais cette fois-ci dans un hall 1 climatisé), qui auront permis aussi à Gilbert Meyer de s'adresser quelques autosatisfecit dont il a l'habitude à propos de sa gestion colmarienne. Faut-il y voir le signe d'une possible candidature aux prochaines municipales ? Ceux qui avaient espéré qu'il annoncerait cette fois-ci clairement sa décision en ont été pour leurs frais. Ils devront patienter encore quelques semaines avant que le maire de Colmar ne se prononce. Il a distribué aussi les bons et mauvais points à l'exécutif national, notamment en matière fiscale. Il a souligné le rôle de facilitateur du chef de l'exécutif régional, tout au long du processus de création de la Collectivité européenne unique et le travail réalisé par les deux présidents des départements alsaciens.
11 millions de visiteurs depuis la création de la FAV

Christophe Crupi, directeur des foires et salons, puis Christiane Roth, présidente de Colmar Expo, ont pour leur part mis l'accent sur les changements opérés au parc des Expositions de Colmar qui abrite dorénavant un hall en dur qui remplace le mythique hall 6 où se prolongent généralement les soirées festives. Le tout s'inscrivant dans l'évolution régulière des infrastructures dédiées à la promotion annuelle des vins d'Alsace, depuis près d'un siècle. La Foire aux vins, ce sont 11 millions de visiteurs depuis sa création et plus de 40 millions d'euros de retombées économiques en 2018.
Jean-Luc WILL