Chômage : la baisse s'installe

Publié dans le panorama le Vendredi 26 juillet 2019 à 06:23:07

© L'alsace, Vendredi le 26 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Chômage : la baisse s'installe
 

 
Le chômage de masse est toujours là.

Onze ans après la crise de 2008, c'est encore et toujours le premier des maux du pays. Exactement 3 377 300 personnes sont sans emploi en France métropolitaine (catégorie A) au deuxième trimestre. S'y ajoutent environ 2 202 000 personnes en activité réduite (catégories B et C) néanmoins inscrites à Pôle emploi. Dans les deux cas, ces chiffres sont en baisse de 0,4 %. Si la tendance reste favorablement orientée, elle ralentit légèrement.

Sur un an, la diminution frôle les 2 %. En prenant les Dom, sauf Mayotte, le nombre total de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A s'établit à environ 3,632 millions de personnes.
Une baisse durable ?

Il s'agit du septième trimestre de baisse consécutif. On peut, par conséquent, statistiquement considérer que cette baisse est durable. À l'origine de cette tendance positive deux facteurs principaux :

- La persistance d'une croissance du Produit intérieur brut

- Un phénomène démographique. Les classes d'âge 1993-1997 qui arrivent sur le marché du travail sont moins nombreuses que les précédentes et surtout que celles à venir. Les départs en retraite sont, par ailleurs, plus nombreux que prévu malgré le relèvement de l'âge légal à 62 ans.

Les radiations restent stables, donc ne sauraient exprimer le phénomène. En revanche, le nombre de personnes dispensées de rechercher un emploi pour raison médicale, de formation ou d'âge augmente (623 000 soit +2,5 %).
Pas une baisse pour tous

Sur un an, la baisse est plus forte chez les hommes que chez les femmes notamment dans les catégories B et C (- 0,3 pour les hommes, +1,4 % chez les femmes). La raison est simple : les métiers du bâtiment et de la sécurité encore très masculins, recrutent, quand certains métiers féminins (commerce, distribution) perdent des postes.

Autre écart : les jeunes et les seniors peinent davantage à trouver leur place que les 25-49 ans sur le marché du travail.
Baisse partout ou presque

Si l'on met de côté la baisse spectaculaire en Corse (-4,4 %), les écarts se situent dans une fourchette de deux points entre la stabilité (Auvergne-Rhône-Alpes) et une baisse prononcée en Paca (-1,7 %). Il ne reste en France, qu'une seule région où le chômage continue d'augmenter sur un an comme sur trois mois : la Bourgogne-Franche-Comté.
Durcissement des règles

Pour accélérer cette baisse du nombre de demandeurs d'emploi, l'exécutif mise notamment sur le durcissement des règles d'indemnisation. À partir du 1er novembre, il faudra avoir travaillé 130 jours ou 910 heures, soit six mois, sur les 24 derniers mois au lieu de quatre mois sur les 28 derniers.