Colmar « Cette fois c'est une école, pas une poubelle ! »

Publié dans le panorama le Vendredi 26 juillet 2019 à 06:18:18

© L'alsace, Vendredi le 26 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Colmar « Cette fois c'est une école, pas une poubelle ! »
 

 
Au lendemain du violent incendie qui a touché l'école maternelle Les Violettes à Colmar, des ouvriers évacuent les détritus. Photo L'Alsace /Jean-Frederic Surdey
« Nique les keufs ne sont pas les bienvenus (sic) », est-il tagué depuis quelque temps, avec une tête de mort grossièrement dessinée, sur toute la largeur du portail de l'entrée de la maternelle Les Violettes, rue de Genève à Colmar.

« Les dégradations ne sont pas rares, il est arrivé que des vitres soient brisées, et on doit régulièrement ramasser des objets dans la cour, sans qu'on puisse dire s'ils ont été jetés ou si des individus ont escaladé les grilles. Allumer une poubelle est une chose, mais cette fois c'est une école, c'est lamentable ! », fustige la directrice, venue constater les dégâts au lendemain de l'incendie qui a endommagé son établissement.
Le feu à des isolants

Des témoins ont donné l'alerte, ce mercredi à 22 h 35. Des mains mal intentionnées ont mis le feu à des matériaux isolants, en particulier de la laine de verre, enlevés de la toiture en réfection et stockés au pied de l'échafaudage accolé à l'école, devant deux salles de classe donnant sur la cour de récréation. « On aurait voulu que ces déchets soient enlevés dès mardi, mais la benne appartenant à une autre société n'était pas disponible avant ce jeudi », expliquent des ouvriers travaillant sur le chantier de « rénovation énergétique » de l'établissement scolaire.

Les échafaudages ceinturent actuellement l'ensemble du bâtiment, les deux mois de vacances d'été étant mis à profit pour « refaire tous les plafonds avec de la laine de roche comme isolant intérieur, poser de la fibre de bois à l'extérieur, et installer une VMC (ventilation mécanique contrôlée) à double flux qui n'existait pas », indique un agent du service maintenance de la mairie.

En se propageant à une dizaine de mètres carrés de façade, les flammes ont rongé les volets et fait éclater deux grandes fenêtres de deux salles de classe. Le matériel pédagogique était heureusement stocké ailleurs pour les besoins du chantier.
Des caméras dans le secteur

« Quasiment aucun dégât n'est à déplorer à l'intérieur du bâtiment, pas même dans ces salles, hormis l'odeur de fumée qui s'est répandue un peu partout, poursuit l'agent municipal. Il n'y a pas de suie, mais l'intérieur devra forcément être nettoyé voire décontaminé pour éliminer cette odeur. Et des travaux de menuiserie, provisoires dans un premier temps, s'imposent là où cela a brûlé. On peut espérer que tout soit terminé pour la rentrée (lire encadré) ».

Sur place le soir des faits, des riverains exprimaient leur exaspération. Dans le quartier Europe depuis le début de l'été, chaque nuit ou presque est marquée par plusieurs feux de bennes à ordures, de locaux pour les poubelles ou de caves. Au total, une poignée de personnes tout de même ont été légèrement intoxiquées par les fumées. Mercredi à 21 h 10 puis 21 h 40, deux poubelles ont été éteintes par les pompiers avenue de Rome puis rue de Zurich.

« Il n'est jamais admissible de mettre le feu à des biens publics ou privés, mais s'en prendre à un symbole comme une école est particulièrement détestable, souligne le premier adjoint - chargé de la sécurité - Yves Hemedinger. Les caméras de surveillance se trouvant dans le secteur de l'école permettront peut-être d'aider la police [N.D.L.R : qui a lancé un appel à témoins]. Ces dernières années, les violences urbaines ont plutôt tendance à diminuer, y compris dans ce quartier. Il suffit souvent de quelques perturbateurs pour qu'on constate un pic ».
Jean-Frédéric SURDEY PLUS WEB D'autres photos du sinistre sur www.lalsace.fr