Comment vivre avec la chaleur

Publié dans le panorama le Vendredi 26 juillet 2019 à 05:46:26

© Dna, Vendredi le 26 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Climat Plus de 40 °C enregistrés un peu partout en France jeudi
Comment vivre avec la chaleur
Selon le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le nombre d'épisodes caniculaires pourrait doubler dans l'Hexagone d'ici 2050 et les étés vont s'allonger. Or nous ne sommes pas vraiment prêts.
 

 
La végétalisation de l'espace urbain, un enjeu pour lutter contre la chaleur, comme ici à Paris.
Deux canicules en deux mois... Le mercure atteint cette semaine encore des records en France comme dans les pays voisins. Fin juin, Emmanuel Macron alertait : « Nous allons devoir changer notre organisation, notre façon de travailler [...] construire différemment ».

Le réchauffement climatique va en effet demander aux Français de s'adapter à un climat nettement plus chaud. Et un équipement massif en climatiseurs et ventilateurs ne suffira pas...
Gestion économique des ressources

Grâce aux technologies connectées, les consommations d'énergie (éclairage public), d'eau et de déchets devront être contrôlées et sans doute limitées. Car les journées chaudes entraînent des pics de consommation électrique, comme l'a souligné ERDF cette semaine. Outre des véhicules électriques ou à hydrogène, les circulations douces (vélo, piétons) et des réseaux souterrains pourraient être favorisés.

L'utilisation des ressources naturelles devrait aussi permettre l'éclosion de systèmes de climatisation non polluante. Par exemple, à Marseille, l'eau de la Méditerranée est prélevée puis passée dans des pompes à chaleur réversibles pour rafraîchir ou chauffer les habitations de l'écoquartier Smartseille.
Des villes végétales

Pour en finir avec les îlots de chaleur en zone urbaine, la solution par les végétaux. Ils baissent les températures, absorbent du Co2, recréent de la biodiversité et la pollution sonore s'en trouve limitée. Les plantes restent l'outil le plus efficace face aux canicules.

Des innovations technologiques peuvent aider. Aux États-Unis, une peinture a été conçue pour repousser les rayons du soleil, ce qui permet de faire tomber la température de 6 °C en moyenne à l'intérieur d'un bâtiment. Plus pragmatique, une autre solution consiste à repeindre le traditionnel bitume noir des routes et des parkings en blanc ou en gris clair. À Los Angeles, la méthode a permis de faire tomber la température au sol de 10 °C sur certains axes. Enfin, la régulation thermique des bâtiments passe par une utilisation intelligente du vent. Calibrer l'implantation des fenêtres en fonction des courants d'air permettrait d'optimiser leur circulation à l'intérieur. L'enjeu reste de créer des bâtiments qui produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment.
Les effets de la sécheresse

Avec la canicule, les réserves d'eau et la végétation s'assèchent. Des associations demandent d'adapter les pratiques agricoles en améliorant la réserve disponible en eau (barrages), de reconstituer les matières organiques, mais d'autres réclament également d'utiliser moins de pesticides et d'éviter la monoculture. Peu pratiquée en France, la réutilisation des eaux usées peut également apparaître comme une solution efficace.
Le retour des grandes vacances

Avec la chaleur, les organismes aussi sont mis à rude épreuve. À l'avenir, le rythme de vie des travailleurs pourrait donc être divisé en deux temps. En Espagne par exemple, les journées se mettent en pause vers 14 heures et reprennent en fin d'après-midi ou début de soirée. Autre possibilité, le développement du télétravail. Jeudi, la ministre du Développement durable, Élisabeth Borne, a d'ailleurs une nouvelle fois appelé à le privilégier. Une manière de désengorger les transports en commun, au moment où les infrastructures en France, comme les rails ou les caténaires, supportent mal les températures dépassant les 37 °C.

Enfin, le retour aux grandes vacances comme dans les années 1945-1970 (11 semaines au lieu de 8) pourrait devenir nécessaire comme c'est le cas au sud de l'Espagne, où elles débutent mi-juin. Contrepartie : des vacances d'hiver sont plus courtes.
C.D et J.B.