PSA bat des records de rentabilité

Publié dans le panorama le Jeudi 25 juillet 2019 à 06:29:03

© L'alsace, Jeudi le 25 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
PSA bat des records de rentabilité
 

 
Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA. Photo ER/Alexandre MARCHI
Le groupe automobile PSA a dévoilé mercredi ses résultats financiers pour le premier semestre 2019, et ils sont très bons. Son chiffre d'affaires s'élève à 38,3 milliards d'euros, certes en baisse de 0,7 % (par rapport à 2018) mais avec une marge opérationnelle courante de 8,7 %. Celui de la division automobile (30,3 milliards d'euros) recule de 1,1 %.

« L'effet favorable du mix produit (+2,9 %) et du prix (+1,3 %) compense partiellement la baisse des ventes à partenaires (-2,2 %), l'impact négatif des taux de change (-0,8 %), des volumes, du mix pays (-1,4 %) et des effets autres (-0,9 %) », détaille le constructeur dans un communiqué.

Le résultat opérationnel courant du groupe s'élève à 3,33 milliards d'euros (en hausse de 10,6 %) et celui de la division automobile à 2,6 milliards d'euros (en hausse de 12,6 %). Le résultat net consolidé du groupe a atteint un peu plus de 2 milliards d'euros, en progression de 335 millions d'euros.
« Prêts à relever les prochains défis technologiques »

Sur l'ensemble de l'année 2019, le groupe prévoit un marché automobile en baisse de 1 % en Europe, de 4 % en Amérique latine et de 7 % en Chine, et en hausse de 3 % en Russie. Il s'est fixé pour objectif d'atteindre une marge opérationnelle courante moyenne supérieure à 4,5 % pour la division automobile sur la période 2019-2021.

« Grâce à notre concentration sur l'exécution de notre plan stratégique, nous avons dégagé un solide free cash-flow et une forte marge opérationnelle courante au premier semestre », souligne Carlos Tavares, président du Directoire du groupe PSA. « Nous sommes au rendez-vous de l'électrification et prêts à relever les prochains défis technologiques. Notre agilité et l'alignement de notre management restent des atouts essentiels pour atteindre les objectifs du plan Push to Pass (N.D.L.R. : plan de croissance rentable) ».

Lors d'une conférence de presse téléphonique, Philippe de Rovira, directeur financier du groupe, a expliqué que les réductions de coûts ont notamment été générées par les synergies avec Opel-Vauxhall (activité rachetée en 2017 à General Motors) grâce à la production de véhicules sur des plateformes communes à l'ensemble des marques du groupe (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall).

Il a également précisé que la baisse des ventes de PSA en Chine avait eu un impact négatif de 302 millions d'euros sur ses résultats. « Nous travaillons à la question de nos capacités industrielles en Chine », a-t-il ajouté en précisant qu'il y avait de nombreuses façons pour les reconfigurer et que toute annonce, aujourd'hui, serait prématurée. L'an passé, le groupe a fermé une usine dans le pays.
Alexandre BOLLENGIER