Quel impact sur la fourniture d'électricité en Alsace ?

Publié dans le panorama le Jeudi 25 juillet 2019 à 05:40:54

© Dna, Jeudi le 25 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Canicule
Quel impact sur la fourniture d'électricité en Alsace ?
Les très fortes chaleurs faisaient craindre une menace ou des restrictions sur la fourniture d'électricité, avec le pic de consommation attendu ce jeudi. Il n'en est rien, assurent les fournisseurs. Mais la canicule perturbe la production d'énergie nucléaire. Qu'en est-il pour Fessenheim ?
 

 
La température de l'eau du Grand Canal d'Alsace est à 23 ou 24°C, c'est moins que celle de la Garonne (27,5°C) qui a nécessité la mise à l'arrêt de la centrale nucléaire de Golfech.
La température du grand canal d'Alsace sous surveillance
Dans le Tarn-et-Garonne, EDF a mis à l'arrêt la centrale nucléaire de Golfech, suite au réchauffement de la Garonne (à 27,5°C), dont l'eau est utilisée pour refroidir les réacteurs. L'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a fixé une limite de température de 28°C à partir de laquelle les centrales nucléaires doivent réduire leur puissance pour éviter un impact environnemental sur la faune et la flore du cours d'eau. Mais ce seuil peut être assoupli si les besoins du réseau l'exigent. Ce qui n'a encore jamais été le cas au niveau du parc nucléaire français.

A Fessenheim, on n'en est pas là. « La température de l'eau du Grand Canal d'Alsace oscille actuellement entre 23 et 24°C. Elle fait l'objet d'un suivi constant, renforcé en cette période, avec des prélèvements réalisés en amont, en aval, et au point de pompage de la centrale », indique le service communication de l'établissement. Les 28°C n'ont jamais été atteints. L'été dernier, au plus fort de la canicule d'août, la centrale haut-rhinoise avait anticipé en stoppant temporairement un de ses deux réacteurs, et en baissant la puissance de l'autre du 4 au 11 août, alors que la température du Grand Canal d'Alsace était à 26°C. Cette année, le réacteur n°2 est à l'arrêt programmé pour maintenance et rechargement du 25 mai à fin août. « La situation pourrait changer s'il devait y avoir un nouveau pic de chaleur en août », précise le porte-parole de Fessenheim. Si l'arrosage de la centrale lors de la canicule de 2003 reste dans les mémoires, il s'agissait d'une opération «expérimentale», mais pas indispensable, destinée à tester une nouvelle méthode de refroidissement des bâtiments.
Consommation : une hausse de l'ordre de 5 %

Au niveau de la consommation, alors que climatiseurs et ventilateurs tournent à plein régime, un pic de consommation est annoncé ce jeudi avec une nouvelle hausse du mercure (lire ci-dessous). La perspective n'inquiète pas Electricité de Strasbourg, qui dessert 400 communes du Bas-Rhin et fournit 520000 clients en courant. « En période d'été, on est déjà sur des pics de consommation, qui ne représentent que les deux tiers de la puissance nécessaire pour un hiver normal », explique Etienne Anselm, directeur adjoint de Strasbourg Electricité Réseaux. « L'été est une période moins contrainte que l'hiver. On est loin de la limite de tenue des réseaux conçus pour des conditions extrêmes. L'effet canicule reste modéré avec une augmentation de la consommation de l'ordre de 5 % », dit le représentant d'ES.

Pas de soucis non plus en matière d'approvisionnement. RTE a anticipé. Dans un communiqué national, le réseau gestionnaire du transport estime que « la production d'électricité disponible est suffisante » pour répondre aux besoins, et la France continue d'exporter. « Le pic de consommation annoncé pour ce jeudi reste inférieur à celui du 26 juin dernier. Il n'y a pas de restrictions, mais on rappelle juste aux usagers les gestes simples pour économiser l'électricité, comme éteindre les appareils en veille, débrancher son chargeur de téléphone », souligne la porte-parole de RTE Grand Est.
Isabelle NASSOY