Un nouveau projet de Chemin des cimes

Publié dans le panorama le Mercredi 24 juillet 2019 à 06:10:42

© L'alsace, Mercredi le 24 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Un nouveau projet de Chemin des cimes
 

 
Le Chemin des cimes de l'Alsace verte ressemblera à celui-ci, réalisé en République Tchèque. Document remis/Erlebnis Akademie AG
Visant à développer l'attractivité du territoire après le départ des militaires de l'ancienne base aérienne grâce à la reconversion du site, le contrat de redynamisation du site de défense (CRSD) de Drachenbronn signé en novembre 2016, avait connu un revers en avril : le président de la communauté de communes du Pays de Wissembourg Serge Strappazon annonçait alors l'abandon du projet de la grande sphère en bois qui devait s'ériger dans la forêt de Cleebourg, sur les hauteurs de Drachenbronn, au nord de l'Alsace.
Première en France

Mais au moment même de cette annonce, Serge Strappazon était déjà en train de peaufiner son plan B : grâce à l'Agence d'attractivité d'Alsace, il était en contact avec l'entreprise allemande Erlebnis Akademie AG (EAK) qui, depuis 2001, construit des Chemins des cimes - elle en a déjà une dizaine à son actif, principalement en Allemagne, en République Tchèque et en Autriche. Après onze mois de travail discret avec l'intercommunalité, mené avec le soutien de la région, du département, du Parc naturel régional des Vosges du Nord et de l'État, EAK a signé vendredi sa demande de permis de construire.

Cette étape marque un avancement majeur dans la mise en oeuvre du CRSD. C'est la première fois qu'un investisseur privé se dévoile ouvertement, présente directement et très concrètement son projet. L'entreprise EAK est prête à investir 5,5 millions d'euros pour réaliser son Chemin des cimes de l'Alsace verte (*), annoncé comme étant le premier en France. En pleine forêt, il permettra une balade sur un cheminement en bois, accessible à tous (y compris aux personnes à mobilité réduite), d'une longueur d'un kilomètre. Avec la particularité d'être en hauteur, qui varie selon les endroits entre cinq et 23 mètres.

Le parcours sera jalonné de stations ludiques portant sur l'environnement et la nature. « L'éducation et la sensibilisation à la nature sont chères à notre entreprise », affirme Bernd Bayerköhler, le dirigeant allemand.
200 000 visiteurs attendus chaque année

Le point d'orgue de la balade sera la grande tour dodécagonale (de 12 côtés) de 24 mètres de diamètre, haute de 30 mètres et au sommet de laquelle le public pourra apprécier une vue à 360 degrés sur les Vosges du Nord, la Forêt-Noire et la plaine du Rhin. Au centre, un toboggan promettra 50 mètres de glisse. En bas, l'installation sera complétée par une aire de pique-nique, un snack et un magasin où seront vendus livres et jeux.

L'entreprise estime le nombre de visiteurs annuels à 200 000. Selon l'instruction du permis de construire, EAK espère pouvoir commencer les travaux fin janvier ou fin février, pour une ouverture programmée, si tout se passe comme prévu, d'ici à l'été 2020.
Dix à douze emplois créés

Un toboggan de 50 mètres sera installé au centre de la tour. Document remis/Stephan Deiss-Architecte DPLG

Pour mener à bien son projet, l'entreprise compte créer, en septembre ou octobre, une filiale EAK-France dont le siège sera installé à Drachenbronn. Elle bénéficiera ainsi d'avantages fiscaux, le village étant une « zone de restructuration de la défense ». C'est cette filiale qui embauchera les dix à douze salariés nécessaires à l'exploitation du Chemin des cimes. Et EAK ne compte pas s'arrêter là : « Nous souhaitons, dans un deuxième temps, racheter, d'ici à la fin de l'année, l'ancien chenil militaire », indique Bernd Bayerköhler. L'entreprise envisage d'y créer un grand parc d'aventures « où adultes et enfants pourront jouer ensemble ».

Si le Chemin des cimes est entièrement porté par EAK, qui assumera l'investissement, les coûts de fonctionnement et qui exploitera ses équipements, la communauté de communes du Pays de Wissembourg assumera de son côté la viabilisation du terrain (eau et électricité), la création d'un parking et de sanitaires. Cet investissement sera subventionné à hauteur de 80 % par l'État et le département.

« Il s'agit d'un projet structurant majeur pour le Pays de Wissembourg, première étape de la reconversion touristique du site de Drachenbronn », se réjouit Serge Strappazon, soulignant que la région s'était fortement engagée pour soutenir le projet. Le président du conseil régional Jean Rottner se réjouit également de ce projet qui pourra apporter « une vraie plus-value touristique et économique au nord-Alsace ».

Ce premier pas concret dans la reconversion de l'ancienne base aérienne devrait permettre d'inciter d'autres porteurs de projets à investir sur le site. C'est du moins ce qu'espèrent les élus : un appel à projet avait d'ailleurs été lancé (et a été prolongé jusqu'au 16 septembre) en vue de la création d'une « station touristique » dans les anciens casernements et dans l'ancienne cité cadre de l'ex-BA.
Guillemette JOLAIN (*) L'Alsace verte est le nom donné au nouvel office de tourisme intercommunautaire qui s'étend sur le territoire de quatre communautés de communes : Pays de Wissembourg, Pays de Niederbronn, Sauer-Pechelbronn et Outre-Forêt.