Pierre-Etienne Dopff, grande figure du vignoble

Publié dans le panorama le Mardi 23 juillet 2019 à 05:56:37

© Dna, Mardi le 23 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Décès  Riquewihr
Pierre-Etienne Dopff, grande figure du vignoble
 

 
Pierre-Etienne Dopff en juillet 2017, à Riquewihr.
Pierre-Etienne Dopff s'est éteint, dans la nuit de samedi à dimanche à Colmar, après un malaise cardiaque. Il était âgé de 72 ans.

Après le décès de son grand-père, Gustave-Julien en 1972, Pierre-Etienne, 25 ans, s'était vu propulser numéro deux de l'entreprise familiale, épaulant son père, Julien-Pierre, président-fondateur des instances syndicales nationales et régionales des producteurs de crémants. Pierre-Etienne incarnait la continuité de cette génération de vignerons visionnaires et engagés : il avait naturellement pris la présidence du Syndicat des producteurs de crémant d'Alsace, entre 1999 et 2009. Il fut membre actif, par ailleurs, de diverses instances importantes pour la filière : celles des négociants - le domaine Dopff au Moulin achète l'équivalent de 130 ha en raisins - et du Civa (Conseil interprofessionnel des vins d'Alsace) durant un quart de siècle. Comme son père, il s'engagea dans la vie locale, à Riquewihr, étant élu de 1995 à 2014.

Cette suractivité politico-syndicale ne l'empêcha point de veiller aux grains, dotant le domaine d'équipements modernes.
« Un homme simple »

L'homme adorait les relations humaines. Il prenait volontiers son bâton de pèlerin, labourant les marchés intéressants pour une marque familiale mondialement reconnue. Au salon Vinexpo de Bordeaux, souligne son fils, Etienne-Arnaud, on venait volontiers le saluer. Sa bonhomie, son sourire et son approche sincère des relations étaient sa marque de fabrique.

Comme tout homme complet croquant la vie à pleine dent, mais avec la sobriété du protestant, Pierre-Etienne Dodff cultivait des passions à l'ombre du Schoenenbourg : la bande dessinée et les spectacles sportifs diffusés à la télévision. Il emmenait volontiers son fils à Monaco pour le grand prix de F1 ou au stade de la Meinau. « C'était un homme simple, dévoué aux vins et aux crémants », trouvant des sources de bonheur dans le travail, les échanges et les livres. Ses obsèques auront lieu ce jeudi 25 juillet à 14 h 30, au temple protestant de Riquewihr.
J. D. K.