Crispations dans les piscines allemandes à la frontière

Publié dans le panorama le Dimanche 21 juillet 2019 à 06:13:30

© Dna, Dimanche le 21 Juillet 2019 
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Société Kehl et Auenheim 
Crispations dans les piscines allemandes à la frontière
Plusieurs incidents dans les piscines de Kehl et d'Auenheim ont marqué le début de l'été 2019. Retour sur un mois de juin chaotique. 
 

 
La piscine de plein air de Kehl, en surchauffe les jours de canicule.
Avec les beaux jours, et même la canicule, la nouvelle ligne du tram transfrontalier a apporté son lot de baigneurs français dans la piscine de plein air du centre de Kehl, désormais accessible depuis tous les quartiers de Strasbourg.

La surchauffe a d'abord été celle d'un nombre trop important de personnes sur site. Avec une bagarre entre 200 jeunes. Puis des mesures de fermeture des caisses au-delà d'un certain nombre d'usagers ont occasionné des débuts d'émeutes fameux avec malaises, interventions de secouristes et policiers allemands.

Surprise : même la piscine d'Auenheim, une des communes associées de Kehl inaccessible en transports en commun, a été victime, le 27 juin, d'une sorte de flash mob consistant à sauter dans le grand bain à cinquante d'un coup, au mépris de la sécurité des autres baigneurs.

Après des sueurs froides et évacuations d'urgence, répétées avec des incidents à Kehl le 30 juin, le maire a obtenu des renforts ponctuels de la préfecture de police d'Offenbourg.
Clôtures ornées de barbelés

Les règlements intérieurs des deux piscines kehloises se sont alignés sur ceux des établissements strasbourgeois : fini les shorts dans le grand bain et les chichas sur le gazon. La fouille des sacs est de rigueur à la caisse. Les clôtures des deux établissements sont actuellement ornées de barbelés pour éviter les entrées clandestines.

Kehl, ville moyenne de 36 000 habitants, a les forces de l'ordre qu'elle a. Mais on ne peut pas attribuer le même effectif de police à cette ville lorsqu'elle est voisine directe de Strasbourg et ses près de 280 000 habitants.

Le maire de Kehl Toni Vetrano (tout comme le faisait son prédécesseur Günther Petry) défend l'idée d'un renfort en forces de l'ordre pour faire face, par exemple, aux nombreux fêtards français qui fréquentent les salles de jeux et de paris de la cité badoise. Faire face aux troubles induits, surtout, dont des accidents de voitures graves et récurrents.

Le prolongement de la ligne D du tram transfrontalier vers le coeur de Kehl (fin 2018) a accentué encore les nuisances en fin de semaine. Les joueurs français prennent le tram pour se rendre dans leurs salles de jeux ou dans les bars de la cité badoise, puis s'impatientent de manière inadéquate en attendant le petit matin et la première rame, après avoir manqué le dernier retour du service.

Des comportements dangereux sur les voies ont fait l'objet de tracts des syndicats de la Compagnie des transports strasbourgeois sur les questions de sécurité. On ne parle pas de l'exaspération des riverains.
Coordination policière

Suite aux débordements dans les piscines, une réunion conjointe, le 10 juillet, entre les forces de l'ordre françaises et allemandes, le préfet de la région Grand Est, des élus, a permis de dessiner une riposte commune. Outre les renforts en personnels de sécurité allemands, l'Eurométropole met à disposition plusieurs de ses médiateurs sur les deux sites. Ce mercredi 17 juillet, des contrôles de police (identité, recherche de drogue ou d'armes) ont eu lieu dans les rames de tram en partance vers Kehl depuis la station Port-du-Rhin (sans aucune interpellation). Une coordination renforcée, avec pour interface le centre de coopération policière et douanière, permettra, durant ce type d'opérations qui doit être renouvelé tout l'été, une information rapide des policiers français en cas de troubles dans les piscines. Ces policiers postés à la station Port-du-Rhin pourront alors interpeller des jeunes potentiellement identifiés sur leur chemin de retour.
Marie-Sophie KORMANN