Ce que la République doit aux juifs du Grand Est

Publié dans le panorama le Dimanche 21 juillet 2019 à 06:07:54

© Dna, Dimanche le 21 Juillet 2019 
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Alsace Un colloque les 23 et 24 octobre 2019 
Ce que la République doit aux juifs du Grand Est
Un colloque met en lumière ce mois d'octobre, à Strasbourg, les juifs d'Alsace et de Lorraine qui ont pris part à la réinvention du modèle républicain. 
 

 
« L'Eclat et l'écart, en chemin avec les juifs d'Alsace et de Lorraine » a lieu dans l'hémicycle de la Maison de la Région à Strasbourg les 23 et 24 octobre. Le comité d'organisation du colloque rassemble le sociologue et historien strasbourgeois Freddy Raphaël, professeur émérite de l'Université de Strasbourg, Émile Malet, fondateur et rédacteur en chef de la revue Passages, Pascal Mangin, président de la commission culture au Conseil régional Grand Est, et François Miclo, membre du cabinet de Jean Rottner.
L'objectif du colloque

Dans le contexte de la recrudescence des violences antisémites et racistes, ce colloque (et la collectivité) veut offrir une réponse, partant du principe que le savoir peut, a priori, constituer un antidote. Il s'agit de mettre en relief l'apport d'illustres personnalités, dont les origines sont alsaciennes et lorraines, à l'avènement de la modernité et de la République. Si toutes ces figures ont des racines régionales, ce n'est pas un hasard, appuient les organisateurs. Il y a sur ce territoire « un terreau inclusif pour la communauté juive », observe Émile Malet, qui n'hésite pas à le qualifier de « new-yorkais ». Ce colloque sera l'occasion de retrouver des figures qui ont marqué leur temps, issues du monde politique, des sciences humaines, des arts et lettres, Alfred Dreyfus, Émile Durkheim, Léon Blum, André Maurois, Marcel Marceau... Pour Freddy Raphaël, c'est aussi l'occasion de valoriser une « expérience d'intégration », peut-être reproductible.
Sélection

Parmi les intervenants, il y aura la sociologue et politologue Dominique Schnapper, ancienne directrice de l'École des hautes études en sciences sociales, ancienne membre du Conseil constitutionnel, présidente de la commission du ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer sur la laïcité, auteure de nombreux ouvrages, dont La citoyenneté à l'épreuve. La démocratie et les juifs (NRF), en 2018. Fille de Raymond Aron, elle sera présente le 23 octobre pour évoquer ces intellectuels (Émile Durkheim, Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss, Marc Bloch et Raymond Aron) qui ont « traduit l'exigence de l'étude et de l'éthique sociale de la tradition juive en termes séculiers ». Avec elle, le sociologue Jean-Christophe Marcel.
L'exposition

Pour accompagner le colloque, une exposition patrimoniale, en cours de préparation par Mireille Bouvet, conservateur en chef de l'inventaire à la Région Grand Est, racontera dix siècles de judaïsme dans le Grand Est. L'exposition voyagera ensuite dans la région.
M. A.-S.