RSA Innovation et réinsertion

Publié dans le panorama le Samedi 20 juillet 2019 à 06:21:38

© L'alsace, Samedi le 20 Juillet 2019 
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Innovation et réinsertion

 

pour les allocataires
 

 
« On a tous un destin. Moi il a fallu que je morfle, que je perde mon père, pour en arriver là. » Daniel Bauer pose un regard de philosophe sur les vicissitudes qui l'ont mené à solliciter l'aide du département. Père de famille habitant à Wuenheim, il est passé par le programme « RSA vendanges » en 2017 et 2018 avant de décrocher un CDD renouvelable chez Castorama. Interrogé sur son expérience de saisonnier, il évoque le soulagement de pouvoir à nouveau « mettre du beurre dans les épinards, se permettre à nouveau des petits plaisirs ». En cela, il résume bien le double enjeu de la réinsertion des bénéficiaires du RSA : permettre un retour à l'emploi et prévenir l'exclusion sociale.

Le dispositif « RSA vendanges », qui permet d'additionner un salaire de saisonnier au RSA, va être élargi à la récolte des fraises et des asperges en 2020, afin d'étendre le temps d'employabilité des saisonniers.

Le deuxième témoignage venait de Rindra Rakotosalama. Allocataire du RSA l'année dernière, il a pu décrocher un emploi au sein de l'Interprofession fruits et légumes d'Alsace (IFLA) grâce au dispositif de parrainage mis en place avec le Club régional d'entreprises partenaires de l'insertion (Crepi), qui met le réseau de cadres supérieurs à disposition des demandeurs d'emploi.

Après le retour à l'emploi, le suivi s'organise grâce à des structures associatives dédiées comme Contact Plus, qui permettent de sécuriser la prise de poste.
Abattre les freinsà l'emploi

La réunion RSA/Emploi à la Chambre d'agriculture du Haut-Rhin, ce vendredi, était l'occasion pour les différents acteurs de se rencontrer pour faire le point sur les initiatives à l'oeuvre. Elles sont nombreuses, signe que les partenaires privilégient maintenant une approche personnalisée, qui tente de concilier les contraintes des allocataires avec les opportunités proposées par les employeurs locaux.

La stratégie du département repose en grande partie sur la mise en relation des demandeurs d'emploi avec les secteurs dits « en tension », demandeurs de main-d'oeuvre : agriculture, hôtellerie-restauration, bâtiment, aide à la personne. L'objectif est de favoriser les circuits courts entre des entreprises et de la main-d'oeuvre locales.

Le dispositif des Contrats initiative emploi (CIE), exonéré de charges et dont une partie du salaire est assumée par le département, doit permettre d'absorber une partie plus importante des allocataires du RSA dans ces domaines. La question de la formation est également centrale. Sur l'année 2018, 2 517 allocataires ont pu retrouver une activité ou se former grâce aux 100 millions d'euros débloqués par le département. Les économies réalisées par le Haut-Rhin sont conséquentes : plus 5 millions d'euros de RSA à verser en moins en 2018. L'enjeu est maintenant d'abattre les freins à l'emploi qui paralysent certains demandeurs : mobilité, santé, formation...
Guilhem DORANDEU